Budget 2022: Sama Lukonde place la barre à 10 milliards USD!

* « Ce projet de Loi des finances connaît un accroissement de 41% par rapport à celui de 2021 », indique le Premier ministre.

Le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge a présenté, hier lundi 15 novembre, le projet de loi de finances pour l’exercice 2022 à l’Assemblée nationale. Le chef du Gouvernement a proposé aux députés nationaux d’avaliser un budget de 20.730 milliards de Francs congolais, équivalent à environ 10, 365 milliards de dollars américains.

«Ce projet de Loi, contient un budget présenté en équilibre, en recettes et en dépenses, à hauteur de 20.730,1 milliards de francs congolais qui, par rapport au budget initial de l’exercice 2021 chiffré à 14.620,5 milliards de francs congolais, soit 6,9 milliards de dollars américains, réalise un taux d’accroissement de 41,8%», explique le Premier ministre.

Et d’ajouter, «Le projet de loi de finances pour l’exercice 2022, soumis à votre examen, est le premier à être élaboré après l’investiture de ce Gouvernement, intervenue le 26 avril 2021. Il s’aligne sur le Programme d’Actions du Gouvernement pour la période 2021 – 2023 et s’inscrit dans la droite ligne de la vision du chef de l’Etat, qui vise à faire de la République Démocratique du Congo un Etat fort, prospère et solidaire, en marche vers son développement».

Réorganiser et de restructurer l’économie

D’après le chef du Gouvernement, le président Félix-Antoine Tshisekedi a assigné à son équipe la mission de réorganiser et de restructurer l’économie avec l’ambition de créer davantage de richesses et de mieux en assurer la répartition entre les différentes couches de la Nation.

«En tout état de cause, s’il est une chose sur laquelle on peut tous être d’accord, c’est que les Congolais, d’où qu’ils soient et quelles que soient leurs tendances, attendent de nous, gouvernants, autre chose que ce qu’ils ont déjà vécu. Ils exigent de nous du concret et du palpable dans leur vécu quotidien», a renchéri le Premier ministre.

De l’avis du chef des ‘‘warriors’’ (guerriers), issus de l’Union sacrée de la Nation, ce Gouvernement est la résultante de la volonté collective de la Majorité parlementaire de permettre à la RDC d’emprunter le chemin de son redressement. Et parmi les priorités que l’Exécutif s’est assignés, il y a, notamment, «le redressement de la sécurité du pays, mise en péril par des centaines de groupes armés qui y sévissaient sans être inquiétés». De même, le redressement de sa justice et de l’Etat de droit, qui n’était qu’un vœu pieux».

«Il y a, en outre, le Redressement de l’administration publique qui n’existait plus que de nom, sans maitrise des effectifs et avec certains fonctionnaires ayant dépassé l’âge de 100 ans sans être mis à la retraite. Le redressement de l’économie nationale et de son système financier, déstructurés et rongés par toutes sortes d’antivaleurs. Aussi, le redressement de ses structures sociales (enseignement, santé, accès à l’eau potable et à l’électricité, logement), dont la faillite a fini par jeter les Congolais dans le désespoir et la résignation».

Projections

«Depuis le 26 avril 2021 en effet, nous nous sommes attelés à œuvrer dans tous ces domaines, afin d’obtenir un début de changement qui nous éloigne du style simplement théorique au profit d’actions concrètes», a fait remarquer Sama Lukonde.

«Au plan national, note-t-il, votre Gouvernement projette un taux de croissance à 4,9% en 2022, portée essentiellement par le secteur primaire et le secteur tertiaire. Dans le secteur primaire, l’on devrait encore compter sur les industries extractives, en attendant les retombées des mesures prises et à prendre dans les secteurs de l’agriculture, de l’industrie et du tourisme. S’agissant du taux d’inflation, celui-ci est projeté à 6,3% à fin 2022. Pour y arriver, le Gouvernement compte poursuivre la mise en œuvre des mesures de stabilisation du cadre macroéconomique déjà arrêtées, notamment à travers le Pacte de Stabilité signé en août 2020 entre les Ministères du Budget, des Finances et la Banque Centrale du Congo».

«La stabilité du taux de change constatée actuellement, suite entre autres, à une meilleure régulation de la liquidité par la Banque Centrale du Congo, et à l’absence d’un choc majeur sur le marché des biens et services, devrait se poursuivre jusqu’en 2022 avec un taux de change à fin période projeté à 2.130 FC le dollar américain», estime Sama Lukonde.

Mesures de stabilisation envisagées

Et parmi les mesures de stabilisation envisagées, le Premier ministre épingle tout particulièrement : le non-recours au financement monétaire du déficit du Trésor. Ce, grâce à l’appui budgétaire du Fonds Monétaire International, de la Banque mondiale et de la Banque Africaine de Développement. Il envisage aussi l’amélioration de l’offre de devises découlant de l’augmentation attendue des recettes en devises, provenant principalement des exportations minières.

«Quant aux réserves de change, commente Sama Lukonde, leur niveau n’était que de l’ordre de 710,32 millions USD à l’investiture du Gouvernement, correspondant à seulement deux semaines d’importation des biens et des services. Au 30 juillet, ce niveau a été relevé à 1,792 milliards USD, correspondant à 7,36 semaines d’importations des biens et services sur ressources propres. A ce jour, le Gouvernement se réjouit d’informer l’auguste Assemblée que ces réserves ont atteint la somme de 3,28 milliards d’USD, soit 13,5 semaines d’importations».

«Avec de bonnes perspectives d’amélioration des recettes, votre Gouvernement poursuivra les efforts visant à renforcer davantage le niveau de réserves de change, dans l’objectif de la constitution, un jour, des fonds souverains pour notre Pays», promet le Premier ministre congolais.

Performances

Se prononçant sur les prévisions budgétaires à fin-décembre 2021, Sama Lukonde soutient ‘‘qu’elles préfigurent l’exécution du budget en équilibre, en recettes et en dépenses, à hauteur de 16.621,6 milliards de Francs Congolais, soit une amélioration de 13,7% par rapport à la Loi initiale’’.

«Pour ce qui est des recettes internes, assure-t-il, il sied de signaler qu’à fin octobre 2021, nous avons enregistré des recettes de l’ordre de 10.866 milliards de Francs congolais, en dépassement des prévisions des recettes prévues à fin décembre 2021 de l’ordre de 9 626 Milliards de Francs congolais dans la Loi de finances initiale».

«Cette performance, souligne le chef des Warriors, permet d’espérer qu’avec un effort plus accru dans la mobilisation des recettes, associé à une politique de rigueur dans l’engagement des dépenses, le tout reposant sur la politique de bonne gouvernance et de transparence dans la gestion, le pays peut atteindre des budgets encore plus supérieurs, à la hauteur de son potentiel».

A propos des réformes

«Pour l’exercice 2022, un accent particulier sera mis sur les réformes essentielles, mises en oeuvre depuis l’investiture du Gouvernement. Il s’agit, notamment, de la poursuite de la gratuité de l’enseignement primaire, de la couverture sanitaire universelle, de la diversification de l’économie, de l’instauration de la gestion axée sur les résultats par le moyen du budget-programme ainsi que le rajeunissement et la modernisation de l’Administration publique», signale Sama Lukonde.

«S’agissant particulièrement de l’administration publique, et suivant les orientations du Chef de l’Etat, votre Gouvernement œuvrera de manière volontariste pour l’amélioration des conditions sociales et salariales des fonctionnaires et agents publics de l’Etat, toutes catégories confondues. Mais concomitamment, il sera procédé, sans complaisance et avec fermeté, à une série de réformes visant à assainir les fichiers et assurer la maitrise des effectifs des fonctionnaires ; et accélérer le processus de mise à la retraite, par vagues d’agents éligibles, suivi d’un rajeunissement systématique et qualitatif», fait remarquer le Premier ministre.

Réserve de 500 milliards de Fc pour 2022

«Dans le même ordre d’idées, souligne-t-il, le Gouvernement entend accélérer la lutte contre la corruption et le coulage des recettes, tout en promouvant la culture fiscale, en vue de renflouer les caisses de l’Etat et financer la mise en œuvre des politiques publiques, déclinées dans son Programme d’actions, en phase avec le Plan National Stratégique de Développement (PNSD), adopté par le Gouvernement en décembre 2019».

«En définitive, révèle Sama Lukonde, l’amélioration du vécu de la population ne sera possible que grâce à l’augmentation du niveau des recettes de l’Etat et à une meilleure maîtrise des dépenses. D’où, la constitution de la réserve de 500 milliards de Francs Congolais pour l’exercice 2022, destinée aux premières opérations électorales, et de 250 milliards de Francs Congolais, pour celles du début des opérations de recensement et d’identification de la population, constitue un signal fort de notre Gouvernement pour la poursuite de l’ancrage démocratique de notre pays et la normalisation de la vie citoyenne». YKM

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort