Le «Mouvement des indignés» exige la fin de l’état de siège !

L’ONG «Mouvement des indignés» qui a comme Coordonnatrice nationale Nicole Kavira a livré hier à Kinshasa le fond de sa pensée après s’être adonnée à une analyse froide sur la situation en Ituri et au Nord-Kivu, deux provinces placées sous état de siège par le chef de l’Etat. Ils exigent sa levée pure et simple. Et pour cause, sur le terrain dans les deux provinces, c’est un peu le statu quo. Les islamistes ougandais des ADF continuent à massacrer les populations civiles.

Plus grave encore, ils ont attaqué le week-end dernier en Ituri sur la Route nationale N°4 qui relie le Nord-Kivu, un convoi hautement sécurisé par les FARDC et les Casques bleus de la MONUSCO et ont incendié plusieurs véhicules et aussi les habitations et pris en otages quelques personnes. Les «Indignés» sont indignés par cette embuscade tendue avec succès par les ADF. Et de poser la question au Président de la République s’il y a lieu de poursuivre encore une minute avec cet état de siège qu’il a décrété.

Car toujours en Ituri, outre cette embuscade sur la RN-4, les islamistes ont encore frappé dur du côté de Boga non loin du Nord-Kivu et où ils ont tué en les découpant à la machette plusieurs habitants de cette grande agglomération. Ces populations ont vidé toute cette contrée martyrisée par les ADF et se sont rendus au Nord-Kivu voisin à Eringeti et Oïcha, chef-lieu du Territoire de Beni où ils ont emporté les dépouilles de leurs proches pour les inhumer.

Ici même au Nord-Kivu les «Indignés» ont relevé dans le Ruwenzori entre jeudi et vendredi derniers, les ADF ont frappé deux fois avec un bilan macabre de dix-huit morts, deux fois, soit trente- six morts au total. Pour les «Indignés, l’état de siège ne doit pas être décrété comme c’est le cas sans au préalable une étude approfondie qui prenne aussi en compte les stratégies militaires« .

En tout cas, à ce jour, le constat que fait le «Mouvement des indignés» sur l’état de siège en cours est amer. Partant de cette situation catastrophique, les «Indignés» se sont intéressés à un aspect très important lié au succès de tout état de siège qui est les ressources financières du trésor public décaissées pour cet objectif.

Ici le chef de l’Etat lui-même avait dénoncé des détournements en rapport avec les opérations militaires surtout au Nord-Kivu. Mais tout s’est arrêté là. On n’a pas vu un seul galonné arrêté et traduit en justice. A ce sujet, il y a comme une sorte d’omerta bien entretenu sur les fonds publics destinés aux opérations d’état de siège.

C’est ce cercle qu’il faut à tout prix casser, si on veut espérer un succès dans les opérations militaires pendant l’état de siège. Une autre recommandation que les «Indignés» font au Président de la République, Félix Tshisekedi, Commandant suprême des FARDC,  c’est de faire le ménage dans toutes les unités impliquées dans les opérations militaires en Ituri et au Nord-Kivu.

Ils ne sont pas les seuls à exiger la levée de l’état de siège. Pas plus tard qu’avant-hier en Ituri, le député national d’Irumu Jackson Awuse qui est sur place est en train de vivre les réalités des populations civiles qui se réfugient au Nord-Kivu. Il  se demande si le Président de la République ne voit pas les souffrances de ses compatriotes qui se poursuivent en dépit de l’état de siège.

Du côté de la Société civile que ce soit d’Ituri ou du Nord-Kivu, c’est le même discours qu’on entend. Il faut rappeler qu’il y a quelques temps, les élus nationaux de l’Ituri et du Nord-Kivu soutenus par tous ceux de provinces de l’Est  ont décidé de boycotter toutes les séances plénières destinées à proroger l’état de siège et exigent sa levée immédiate.                                      KANDOLO M.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort