Un bus passagers à destination de Bulungu brûle avec plus de 40 personnes à bord

Horreur sur la Nationale n°1. Des dizaines de passagers du bus Nassa, embarqués le samedi dernier à Kinshasa pour la ville de Bulungu dans la province du Kwilu, ne sont pas arrivés à leur destination. Tous ont péri sous les feux dévorants d’un incendie de leur bus, survenu aux environs de 21heures locales à Kabuba, localité située à quelque cinq km de Mongata, principal poste de péage à la frontière entre Kinshasa et la province du Kwango.

Outre de nombreux cas de décès non autrement identifiées, dont l’assistant du chauffeur,  le bilan du drame fait également état d’importants dégâts matériels et de pertes de fortes sommes d’argent, la plupart des passagers embarqués étant des commerçants. Le conducteur lui-même, courant dans des vêtements enflammés, s’est retrouvé avec des brûlures du premier degré qui réduisent toutes ses chances de survie.

Faute d’accès à la lettre de voiture ou liste complète de personnes embarquees, il a été impossible de déterminer, dès les premières heures du sinistre, le nombre exact de passagers. Toutefois,  des témoins de l’embarquement à Kinshasa parlent d’une religieuse et de quelques enfants transportés et donc, comptés parmi les morts. En attendant,  seuls les services locaux attitrés, sauraient communiquer sur les effectifs précis des passagers transportés après vérification du manifeste.

Quant aux circonstances de l’accident, des témoignages que Forum des As a aussitôt recueillis sur place, une heure après le drame, ont tous condamné le chauffeur du bus Nassa qui a quitté Kinshasa dans l’après-midi de samedi 31 juillet.

« Nassa à vive allure, s’est retrouvé à une dizaine de mètres, face à face avec un bus « Arche de Noé » roulant dans le sens contraire, à destination de Kinshasa. Ainsi,  pour éviter de rentrer dedans, le chauffeur a pris la résolution de    cogner un véhicule  remorque transportant plusieurs dizaines de futs d’essence bâchés , en stationnement à cause d’une défaillance mécanique.  Le choc a aussitôt déclenché l’incendie qui a d’abord détruit les deux véhicules avant d’atteindre le troisième qui montait pour Kinshasa« , ont expliqué les mêmes témoins.

Toujours selon les habitants du village Kabuba qui ont assisté à cet événement macabre,  le chauffeur du bus Arche de Noé ayant aperçu les flammes rougeoyantes, a  aussitôt engagé la marche arrière, espérant se mettre à l’abri du drame. Hélas, vaine  a été sa tentative, car la coulée des liquides en feu, avait déjà touché les pneus, avant que le véhicule ne termine sa course dans un petit  caniveau superficiel mais qui ne permettait pas au chauffeur d’en sortir. Dieu merci, aucun cas de décès n’a été enregistré parmi les passagers du bus Arche de Noé. Tous sont sortis sains et saufs avant que l’engin ne soit complètement consumé. Mais tous les bagages sont partis en fumée.

Le démon de nouveau de retour sur la route Kinshasa-Kikwit

Après plusieurs années d’accalmies, les usagers de la route Kinshasa-Kikwit ont la ferme conviction que le démon d’accidents est de nouveau de retour sur cette voie, jonchée plusieurs épaves de véhicules sinistrés.

Le drame survenu dans la nuit du samedi 31 juillet n’est pas un cas isolé. On rappelle que le mardi 27 juillet dernier, un autre accident s’était produit sur vers 4 heures du matin, sur la montée du village  Kwenge, a quelque trois de l’entrée de la ville de Kikwit. Un bus de la société TGV parti de Kinshasa la veille, avait subitement connu une défaillance mécanique alors qu’il négociait la montée. En pleine vitesse, le véhicule s’est engagée dans une marche arrière, avant de finir sa course dans une rigole. Le bilan avait fait état de 5 morts,  d’importants dégâts et de pertes de tous les bagages des passagers.

Selon le gérant de cette société contacté à leur agence de Kikwit, certains victimes avaient trouvé la mort parce que achevées par des jeunes délinquants du village, venus piller le véhicule et ses passagers. « Trois parmi ces brigands ont été arrêtés et mis à la disposition des autorités judiciaires locales« , déclare-t-il a Forum des As.

Comme la plupart de principales voies du pays, le tronçon Kinshasa-Kikwit de la Nationale n°1, est dans un très mauvais état. A plusieurs endroits, la route est coupée. Ce qui fait craindre le pire dès le prochain retour de pluies.

Grevisse KABREL De retour de Kikwit

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort