Ouverture de la 1ère conférence sur l’afforestation et le reboisement : Les experts se penchent sur les axes stratégiques pour l’augmentation de la couverture végétale mondiale

La première Conférence internationale sur l’afforestation et le reboisement (CIAR), a débuté hier mardi 2 juillet à Brazzaville en République du Congo. Ce rendez-vous de haute facture sur le climat se veut comme une réponse pertinente à l’accélération du changement climatique. Réunissant les experts venus de différents pays cette conférence se refermera le 5 juillet.

Lors de la cérémonie d’ouverture de cette grande messe, le segment des experts a souligné l’urgence d’une mise en œuvre pour lutter contre la déforestation. En effet, la perte des forêts tropicales en Afrique centrale notamment dans le Bassin du Congo ne fait que s’accentué. Le Bassin du Congo perd chaque année entre 2 à 3,9 million d’hectares de forêts, ce avec un impact considérable sur le développement de la sous-région. Les experts participant à ses assises pourront se pencher sur les axes stratégiques pour l’augmentation de la couverture végétale mondiale en vue de lutter contre le réchauffement climatique.

Le représentant de la CEAC a relevé l’impact que les résolutions de cette rencontre pourraient engendrer. «En intégrant la stratégie mondiale sur la liste de livrables des produits attendus de cette conférence internationale la commission de la CEAC y voit une véritable innovation dans l’organisation des grandes rencontres sous-régionales et mondiale en matière d’environnement de climat des forêts et de la biodiversité. La dite stratégie mondiale doit se décliner en stratégie régional, continental et national avec la déclaration des chefs d’état et cette stratégie tout les axes stratégiques nécessaires seront soumis aux distingués experts venus du monde entier présent ici».

Et de poursuivre. «Cette conférence va livrer deux produits de hautes valeurs politiques et stratégiques pour orienter le développement de l’économie de l’afforestation et du reboisement. De cette économie des forêts plantées déjà développée et promue dans certaines parties du monde nous voulons  démontré non seulement le rôle des forêts plantées dans la lutte contre la déforestation et la régulation du climat mais également dans le développement des entreprises la création d’emploi et l’amélioration du bien-être des populations. De ces actes stratégiques seront déclinés des programmes mondiaux, sectoriels prioritaires destinés à résoudre des problèmes ou freins au développement de l’économie de l’afforestation et du reboisement.

Pour sa part la ministre de l’économie forestière du Congo Brazzaville a appelé la communauté internationale à œuvrer ensemble pour la préservation des forêts. «La menace climatique ayant une portée universelle seule la coopération sous-régionale et internationale en matière de gestion de ressources naturelles peut engendrer des résultats significatifs quant à la lutte contre l’épuisement effréné de ses ressources contre la désertification et la perte de la biodiversité. Aucun pays ou groupe de pays ne saurait prétendre l’éradiquer tout, seul une coalition mondiale s’avère indispensable. Il nous faut donc agir en privilégiant des méthodes basées sur la nature au nombres desquelles l’extension de la couverture forestière à travers la promotion des plantations forestières et agroforestieres visant l’accroissement des stocks de carbone».

Fyfy Solange TANGAMU depuis Brazzaville

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter