La force de la démocratie turque s’est illustrée par les résultats des élections municipales

Alors que l’année 2024 a été qualifiée d’année des élections à travers le monde, la Turquie vient de conclure des élections municipales dans ses 81 provinces, et les résultats témoignent de l’engagement du pays à organiser des élections libres et équitables, estiment les analystes.

Alors que le Parti républicain du peuple (CHP) à l’opposition, semble récolter les fruits électoraux, en tête dans 15 des 30 grandes villes métropolitaines, dont Istanbul, Ankara et Izmir, le vote marque la troisième élection en importance dans le pays, ce qui, selon de nombreux experts, aide les partis politiques à évaluer l’opinion locale sans pour autant modifier les configurations politiques existantes.

Selon l’analyste politique basé à Istanbul Onur Erim, les élections sont généralement une occasion festive pour les Turcs, car l’exercice est devenu extrêmement sûr depuis l’accession au pouvoir du président Recep Tayyip Erdogan, contrairement aux décennies précédentes.

« Vous n’êtes plus obligé de voter pour un parti ou un autre. Il fut un temps où, dans certaines provinces, l’organisation terroriste PKK dictait le résultat des élections il y a 15-20 ans. Cela n’arrive plus« , explique Erim à TRT World.

Les résultats préliminaires des élections, montrant que le CHP prend une avance décisive dans les grandes villes malgré la conduite du Parti AK (Parti de la justice et du développement) dans 366 districts tandis que le CHP en compte 333 au moment de la rédaction de cet article, dément les récits façonnés par les médias occidentaux selon lesquels les élections turques auraient perdu leur crédibilité sous la gouvernance d’Erdogan.

« Je pense que cette élection contredit beaucoup de gens, des spécialistes, qui critiquent habituellement la Turquie en la qualifiant d’autoritaire. Le message principal envoyé à l’opinion internationale est que la Turquie est une démocratie dynamique. Le taux de participation de 70 % est énorme. En Europe, les taux de participation aux élections municipales ne dépassent pas 30%« , déclare Tarek Cherkaoui, analyste et directeur du Centre de recherche de TRT World.

« Deuxièmement, la vie quotidienne continue comme d’habitude. Le président est là. Il a une vision pour le pays. Sa vision du centenaire de la Turquie est toujours présente. »

Depuis le début des années 2000, Erdogan et son parti ont remporté élection après élection – balayant les districts, les villes et les provinces sur la base de l’héritage d’Erdogan en tant que maire d’Istanbul en 1994.

En 2023, après que la Turquie a été frappée par de puissants séismes en février, les critiques ont rapidement remis en question la popularité d’Erdogan. Une grande partie des médias occidentaux ont suggéré que l’héritage de l’AKP serait enterré sous les décombres. Mais encore une fois, trois mois plus tard, Erdogan a prouvé à ses détracteurs qu’ils avaient tort en remportant la victoire.

Avant les élections municipales du 31 mars, une fois de plus, les détracteurs d’Erdogan ont véhiculé le même récit, insinuant que le CHP et les autres partis de l’opposition étaient privés du droit de rassembler leurs partisans.

Le Parti AK et ses alliés contrôlent le parlement jusqu’en 2028, date des prochaines élections législatives.

Au niveau national, la Turquie a été confrontée à de nombreux défis, principalement en raison des crises sécuritaires et diplomatiques dans la région.

La pandémie de Covid-19 a frappé durement le monde entier. Mais cela a été particulièrement difficile pour des pays comme la Turquie, qui accueillent des millions de touristes chaque année.

Après la pandémie, l’économie turque a enregistré une croissance du PIB de 4,5 % en 2023 et de 5,5 % l’année précédente, malgré les répercussions mondiales de la guerre en Ukraine qui ont fait grimper les prix des denrées alimentaires et de l’énergie. La Turquie est un importateur d’énergie et la plupart de la pression sur ses réserves de change est due à l’inflation des importations de gaz et de pétrole.

Plus de 61 millions de personnes étaient inscrites pour voter, avec un taux de participation électorale enregistré à 76,6 %. Environ 34 partis politiques ont présenté leurs candidats.

Les autorités électorales ont mis en place plus de 206 000 bureaux de vote à travers le pays, tandis que des dizaines de milliers de membres des forces de sécurité ont été déployés pour prévenir d’éventuels incidents.

Plus de 12 000 candidats se disputaient des sièges municipaux et provinciaux.

Les gouvernements municipaux en Turquie sont responsables d’une vaste gamme de services sociaux, notamment l’éducation et les soins de santé. C’est un défi pour tout groupe politique de répondre aux attentes de la population.

Mais les questions politiques clés, comme la gestion économique et la politique étrangère, continuent de relever du gouvernement central, dirigé par Erdogan en tant que président.

« Les préférences des électeurs ne changent pas d’une année sur l’autre. Les électeurs turcs ont élu Erdogan de manière décisive en tant que président. Je ne pense pas que la majorité ait même envisagé de remplacer Erdogan« , analyse Erim.

Il ajoute qu’Erdogan est « l’un des plus grands hommes politiques de notre époque » qui possède une capacité d’auto-réflexion.

« Il cherchera à comprendre pourquoi cela se produit. Pourquoi le peuple lui envoie ce message et demain, il commencera à agir » conclut-il. TRT Français

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter