CAMPAGNE  DU CONSEIL NATIONAL DE LA JEUNESSE : L’UNFPA met le curseur sur l’autonomisation, l’éducation et les emplois décents des jeunes 

La représentante du Fonds des Nations unies pour la population (UNFPA), Suzanne Mandong, a mis un accent sur l’importance d’investir sur l’autonomisation, la santé sexuelle reproductive, l’éducation, les emplois des jeunes durant le second quinquennat du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi. Elle l’a déclaré, le samedi 30 mars à l’occasion du lancement de la campagne nationale du Conseil national de la jeunesse (CNJ) à Kinshasa qui ira jusqu’au mercredi 10 avril prochain.

C’est parti donc pour 10 jours de vulgarisation, de sensibilisation sous le thème : «Investir davantage dans la jeunesse pour un Congo plus uni, plus fort et plus prospère».

Contribuer à la matérialisation de la vision du Chef de l’État, Félix-Antoine Tshisekedi, celle d’un Congo uni, fort et prospère, tel est le but poursuivi. En outre, l’objectif spécifique est de procéder à l’identification des aspirations et besoins prioritaires des jeunes qui seront contenu dans un cahier des charges commun à prendre en compte dans le plan d’action de son nouveau quinquennat.

« Nous sommes revenus sur l’importance d’investir davantage sur leur autonomisation, leur santé surtout la santé sexuelle reproductive, leur éducation, les emplois décents. C’est cette convergence d’efforts qui amènera à ce Congo uni dans la paix, fort et prospère », a souligné la représentante ai  de l’UNFPA en RDC.

«Elle s’inscrit dans l’un des piliers de notre mission, à savoir comment aider les jeunes à réaliser leur potentiel, notre appui par rapport à cette campagne était importante. Près de la moitié de la population de la RDC est jeune, sans cette jeunesse, il sera très difficile pour notre pays de réaliser des Objectifs de développement durable ( ODD).C’est pour cela à l’UNFPA, dès que nous avons été interpellé par la vision du Chef de l’État pour un Congo uni, fort et prospère, nous nous sommes alignés aux côtés du Gouvernement afin que nous puissions accompagner les jeunes parce que la campagne, est pour et par les jeunes», a-t-elle poursuivi. 

S’APPROPRIER LE CARACTÈRE EXISTENTIEL DE LA RÉPUBLIQUE 

Pour sa part, Me Passy Mbayo, directeur de cabinet du ministre de la Jeunesse, Initiation à la nouvelle citoyenneté et de la Cohésion nationale, a fait savoir que cette campagne, est en fait une espèce de rendez-vous du donner de la jeunesse.

«La jeunesse a beaucoup d’énergie, on ne peut pas la garder dans un mouvement uniformément retardé, c’est comme ça qu’à chaque époque une organisation, à chaque moment un besoin de ce moment. Cette campagne, c’est pratiquement une espèce de corollaire de six piliers du Président de la République après cette élection. C’est en fait une espèce de rendez-vous du donner et du recevoir de la jeunesse, savoir rendre l’utile à l’agréable entre la marche gestionelle et la prise en compte des desiderata de la jeunesse. Quand on fait cette osmose, ça donne naissance à ce genre de besoin. Notre pays est agressé, 10 millions de morts, c’est trop, il y a, selon des rapports secrets de Kinshasa, 150 jeunes politiciens, le mouvement créé par Kagame. Ça fait frémir de dégoût.

Il est temps que la jeunesse s’approprie le caractère existentiel de la République, de la patrie et son bien-être. Cette campagne est en même temps une propagande, un champ de travail», a-t-il dit.  Mathy MUSAU 

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter