Musique : l’artiste musicien Tsaka Kongo sera mis en terre le samedi 16 mars prochain

Le monde de la culture congolaise se prépare à rendre un dernier hommage à Langu Masiama « Tsaka Kongo », décédé le 26 janvier dernier, à l’âge de 67 ans. Après près de deux mois d’attente, la famille a finalement fixé les dates des obsèques pour les 15 et 16 mars prochains.

D’après un communiqué de sa famille biologique parvenu le lundi dernier au journal «Forum des As», la veillée mortuaire aura lieu le vendredi 15 mars à la Place des artistes, suivie de l’exposition du corps le lendemain matin, avant l’enterrement à la Nécropole entre Terre et Ciel (NTEC).

«Nous, les enfants et la Famille biologique de Langu Masima Tsaka Kongo, portons à la connaissance de l’opinion publique, des artistes et des amoureux de la culture que nous avons établi le programme officiel des obsèques de notre Père, frère et Coordonnateur de l’ASBL « Artiste En Danger« , comme suit: Vendredi 15/03/2024:  Veillée Mortuaire prévue à la place des artistes. Samedi 16 /03/2024: Exposition du corps à la place des artistes. Enterrement à la Nécropole entre terre et ciel.

C’est suite  à une certaine lenteur observée dans l’organisation des obsèques, que la famille du défunt a dû fixer ces dates près de deux mois après le décès de l’illustre disparu.

«Nous vous informons que la famille a été obligée de s’assumer au vu de la longue attente qu’a occasionnée les différentes demandes d’accompagnement que nous avons formulées auprès de certaines institutions, particulièrement au ministère de la Culture qui, fort malheureusement, n’ont donné aucune suite favorable. Ce, nonobstant le fait que Notre cher Père, lui-même artiste musicien, s’est donné corps et âme, pendant plus de 15 ans avec son ASBL, pour apporter du soutien aux artistes et aux familles des artistes en difficulté, mais aussi et surtout pour la promotion de la culture de notre pays», regrettent les enfants de ce dernier.

«Nous soulignons que les obsèques ont été retardées, non pas parce que nous cherchons de l’argent comme certains le disent, mais parce que nous étions en attente d’un programme officiel du ministère», poursuivent-ils.

Selon le souhait de ses enfants, un hommage posthume est espéré de la part des autorités culturelles, pour saluer l’action de ce pilier de la culture congolaise.

«Langu Masima Tsaka Kongo, notre Père, a toujours nourri le rêve d’être décoré, pour les services rendus à la Nation, auprès du ministère de la Culture et Arts. Aujourd’hui qu’il n’est plus parmi nous, nous exhortons le ministre de la Culture à honorer son combat et son dévouement à la culture congolaise en le décorant à titre posthume», espère la famille.

Figure emblématique de la défense des droits des artistes en RDC, Tsaka Kongo s’était largement investi dans la promotion et le soutien à la scène culturelle de son pays à travers son association

Pendant des années, Tsaka Kongo s’est engagé dans la défense des droits des artistes et dans l’amélioration de leurs conditions de travail à travers son ASBL «Artistes en danger». Sa dernière initiative en date était le prix «L’artiste ne meurt jamais», lancé en 2010 pour encourager les acteurs œuvrant à la promotion de la culture congolaise. Il recevait également régulièrement la ministre de la Culture Catherine Kathungu Furaha pour plaider la cause des artistes.

Sa disparition laisse un grand vide au sein de la profession. Figure respectée et humble, Tsaka Kongo a consacré avec abnégation sa vie pour les autres. Le monde culturel congolais lui rendra certainement un hommage à la hauteur de son engagement. Christian-Timothée MAMPUYA

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter