La 8ème édition de la Semaine française de Kinshasa sera organisée du 24 au 26 avril 2024

La huitième édition de la Semaine française de Kinshasa (SFK) sera organisée du 24 au 26 avril au Pullman Hôtel sous le thème :  » 8ème édition, les leviers de la croissance en RDC ». Plusieurs sous thèmes seront également axés entre autres sur la santé, l’énergie, les infrastructures, les mines et les ressources humaines.

La source précise que la SFK est avant tout un lieu de rencontre pour entrer en contact direct avec les futurs partenaires. Aussi, un rendez-vous phare de l’agenda économique du pays.

Cependant, la source indique qu’il y a 5 raisons pour participer à la SFK. Il s’agit entre autres de l’importance d’exporter son activité pour accroître son chiffre d’affaires, d’un moyen  de communication rentable, préféré des professionnels, un lieu d’échanges efficace et un accélérateur stratégique et commercial.

Participer à la SFK en tant que sponsor, c’est montrer son engagement auprès d’un événement unique, reconnu et perenne et consolider sa présence dans la grande région d’Afrique centrale et profiter de la notoriété de l’événement, rencherit le document.

« Les exportations françaises vers la RDC affluent pour la quatrième année consécutive. La croissance des exportations françaises s’accompagne d’une forte croissance de l’économie locale congolaise (+8,9 %) de la nécessité de répondre à la demande des biens de consomation (augmentation des volumes de distribution) et de la demande croissante des entreprises, notamment dans les secteurs industriels et miniers« , peut-on lire dans le dossier de presse.

En plus, la croissance des exportations françaises vers la RDC a été tirée principalement par les industries agricoles et agroalimentaires (33 % des exportations totales vers le pays). Les ventes de ces dernières atteignent 73,3 millions d’euros en 2022 (22 millions d’euros de plus qu’en 2021), soit trois fois le niveau atteint en 2016. 

La RDC connait aujourd’hui une fenêtre d’opportunités marquées par le programme FMI, le retour des bailleurs internationaux  et des cours élevés des matières premières conjugués à un contexte politique relativement stable depuis quelques années.         Mathy Musau

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter