Un peu plus d’une année après le lancement de son programme : La Fondation Vodacom Congo évalue le progrès des bénéficiaires du projet « Je suis cap »

L’équipe de la Fondation Vodacom est allée, hier mercredi 7 février, chez quelques bénéficiaires du programme « Je suis cap » de Kinshasa, afin d’évaluer l’impact du programme dans leur vie depuis l’acquisition du kit de démarrage. Epanouies, les femmes vivant avec handicap du programme, tout en exprimant leur gratitude à la Fondation Vodacom, elles ont déclaré que grâce à ce projet leur situation économique s’est améliorée. Ce qui leur a permis de renforcer leur estime de soi.

En face du Carrefour des jeunes sur l’avenue Kasa-Vubu non loin du rond-point Victoire, maman Anne-Marie Lidanda, sur son fauteuil roulant, s’active dans ses opérations de transfert M-Pesa. « Depuis que j’ai reçu mon kit pour démarrer mes opérations de transfert M-Pesa, ma vie a changé. Je peux prendre soin de ma famille et je suis respectée par mon entourage. Aujourd’hui mon chiffre d’affaires qui était de 275 dollar US a augmenté, grâce aux bénéfices accumulés. Je consacre aux dépenses une partie de ce que j’arrive à percevoir comme gain et je garde l’autre pour augmenter mon chiffre d’affaires », rapporte la sexagénaire sous son parasol, au côté de son fils qui l’aide dans son business.

Une autre bénéficiaire est installée sur l’avenue Saio. Déborah Babapou Ntumba, la vingtaine, souriante, elle déborde d’énergie et de joie de vivre. « Avec mon commerce, je suis devenue indépendante et force l’admiration de ma famille, de mes amis… Comme vous le savez, la plupart des personnes vivant avec handicap font l’aumône. Ce qui n’est pas mon cas. Avec ce que je gagne comme bénéfice, je compte reprendre mes études supérieures l’année prochaine. Entre temps si Vodacom veut me renforcer cela me permettra, je pense, de réaliser mon  rêve d’ouvrir un shop et vendre tous les produits Vodacom », a déclaré Déborah qui se déplace à l’aide des béquilles. De là, l’équipe s’est rendue à Ngiri-Ngiri et Limete pour rencontrer d’autres bénéficiaires.

Pérenniser les entreprises créées

La Fondation Vodacom estime que l’autonomisation économique est un élément clé pour sortir ces femmes de la pauvreté et relever les défis auxquels elles sont confrontées en raison de leur handicap. En leur fournissant les outils nécessaires, tels que l’accès à la plateforme M-Pesa, la Fondation Vodacom soutient activement les moyens de subsistance durables de ce groupe marginalisé.

Par ailleurs, cette visite de terrain visait à analyser la pérennité des entreprises créées par ces femmes. L’équipe de la Fondation Vodacom a évalué la rentabilité, les stratégies marketing et le fonctionnement global de ces entreprises. Les informations recueillies permettront à la Fondation d’améliorer son soutien et d’adapter ses interventions pour maximiser les chances de réussite des femmes.

 « L’engagement à soutenir ces entreprises dirigées par des femmes témoigne de la promesse de la Fondation Vodacom en faveur du développement social et de l’inclusion. En favorisant un environnement d’autonomie et d’inclusion financière d’une part, et en encourageant l’entrepreneuriat d’autre part, La Fondation Vodacom croit fermement que ces femmes continueront à s’épanouir et à apporter une contribution significative à leur foyer et à leur communauté », a indiqué Roliane Yulu, responsable de la Fondation Vodacom.

Pour rappel, le programme « Je suis cap » de la Fondation Vodacom apporte des compétences requises aux personnes vivant avec handicap, favorisant ainsi leur réinsertion sociale. Elles reçoivent une formation pour devenir un agent M-Pesa. A l’issue de cette formation, la Fondation leur octroie un kit complet de démarrage composé d’un téléphone portable, une carte SIM Vodacom et un fonds en espèces pour leurs transactions afin de démarrer leur commerce.

Fyfy Solange TANGAMU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter