Grâce au financement du gouvernement américain : L’OIM appuie l’opérationnalisation des escadrons de la Police des mines et hydrocarbures au Nord-Kivu et au Sud-Kivu

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) a procédé  à la remise officielle de quatre (4) nouveaux escadrons de police, nouvellement construits pour  abriter les services de la Police des mines et hydrocarbures locale dans les provinces du Nord-Kivu (Manguredjipa et Itebero) et du Sud-Kivu (Kavumu et Nzibira).

Ces nouveaux bâtiments vont accueillir les 237 policiers de mines, dont 15 femmes policières qui ont fini, en août et septembre 2023, une formation spécialisée en police de mines, respectivement au Centre de formation Jules Moke et Mugunga, rapporte un communiqué de presse de l’OIM. 

La dotation de ces infrastructures s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la troisième phase du projet de police des mines appuyé par le Gouvernement des Etats-Unis pour soutenir les efforts des autorités congolaises dans la lutte contre l’exploitation illégale des ressources minières dans l’Est de la RDC et la protection des femmes et des enfants dans les sites miniers. Ce financement du Gouvernement des Etats-Unis à travers le Bureau International Narcotics and Law Enforcement Affairs (INL) du Département d’Etat américain.

« Ces bâtiments sont également équipés en mobiliers et matériel de bureau, dont des kits informatiques, des motos pour faciliter la mobilité des policiers, et une station radio équipée en kits solaires pour offrir de meilleures conditions de travail aux unités de police déployées dans ces localités afin de renforcer la lutte contre les activités minières illégales« , renseigne le communiqué de presse de l’OIM.

fierté

«La police de mines et hydrocarbures dans le secteur de Bapere avait un bureau squelettique, une chambrette qui n’honorait pas cette police. Mais, à travers l’intervention de l’INL via OIM, nos policiers sont dotés d’un escadron de qualité qui est admiré par tous », a témoigné François Mbusa Saruti, commandant second du commissariat de Manguredjipa, situé à 100 km de la ville de Butembo

« Ce nouveau bâtiment nous permettra de travailler dans un bureau digne de ce nom et dans de très bonnes conditions. Cela restaure l’image de la police», a renchéri François Mbusa Saruti, qui a donné les engagements de son unité à bien gérer et à préserver ces ouvrages..

Parallèlement aux quatre nouveaux bâtiments des escadrons de la police, des sources d’approvisionnement en eau potable ont été mis en place (forage avec un système d’adduction gravitaire et un point d’eau communautaire) pour desservir la police et les populations environnantes (environ 5000 ménages) dans les localités de Manguredjipa et Itebero (Nord-Kivu) et de Kavumu et Nzibira (Sud-Kivu) qui s’approvisionnaient autrefois dans des sources d’eau non protégées.

 Fatouma, une des femmes du village Businde, témoigne: «Il n’y avait pas d’eau dans notre village. On était obligé de faire un très long trajet de plus de 1 km pour descendre à la source d’eau de Muzibira, on quittait nos maisons même à une heure du matin sachant qu’on part se ravitailler à une eau non potable ; on pouvait y observer des petits insectes, asticots dans nos bidons. Nous partions souvent à l’hôpital pour les soins de nos enfants qui avaient toujours des diarrhées répétitives. Les adultes souffraient souvent de la fièvre typhoïde, … Et nous savions bien que toutes ces maladies étaient causées par cette eau de la source. Mais, n’ayant pas de choix de trouver une autre eau, nous nous contentions de l’eau de source Muzibira ».  Mathy MUSAU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter