A l’initiative du Pr Rémy Musungayi Bampale : Une Asbl voit le jour à Kinshasa pour soutenir les efforts de reconstruction du Kasai-Central

L’état dans lequel se trouve actuellement la province du Kasai-Central fait craindre le pire. Des têtes d’érosions menacent d’engloutir la ville de Kananga et certains chefs-lieux des territoires.  Le chemin de fer est en rupture dans le territoire de Demba et à l’entrée de la gare de Kananga, rendant difficile le mouvement des personnes et le transport des biens. Une misère indescriptible étreint la population du fait de la rareté des produits de consommation courante et de la dégradation du pouvoir d’achat des habitants sans emploi rémunérateur pour la plupart…

Les choses n’en restent pas là. Certains fils du terroir, en mal de positionnement politique essayent d’user des antivaleurs, à savoir la corruption, le pillage du patrimoine public, le recours à la campagne d’intoxication et à l’esprit de division clanique et tribal, pour fragiliser l’unité et la cohésion du peuple Centre-Kasaien.

Préoccupés par la situation dans laquelle se trouve cet espace de vie qui les a vus naitre et grandir, acteurs politiques, opérateurs économiques, autorités traditionnelles et cadres de la société civile originaires du Kasai-Central, réunis à Kinshasa le 5 février 2024 à l’initiative du Professeur Rémy Musngayi Bampale, ont décidé de créer une Asbl dénommée «Regroupement des forces vives du Kasai-Central, RFVKC.  Objectif, «accompagner et soutenir efficacement les efforts de reconstruction de notre province dans la paix et l’unité de sa population», affirment les membres fondateurs du RFVKC. Et par ricochet, accompagner les efforts de reconstruction du pays et du rétablissement de la paix sur l’ensemble du territoire national par l’Autorité suprême, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Quelques membres fondateurs du RFVKC se sont confiés à Forum des As.

Delly Ndibu Kapuku, ancien  Secrétaire général à l’ESU affirme que la structure est créée pour pouvoir trouver des voies et moyens pour résoudre les problèmes qui se posent dans la province du Kasaï-Central actuellement. «Nous connaissons beaucoup de problèmes en dehors de celui de l’enclavement qui est général. Nous avons de problème de l’électricité, de l’eau, de la nourriture même, de l’insécurité alimentaire dans notre province. Et le comble de tout cela est que notre province, surtout la ville de Kananga et certains territoires sont menacés  de disparaitre de la carte à cause des érosions. Il y a plus de trois ou quatre mois que le Président de la République  a été à Kananga pour lancer les travaux de lutte anti érosive. Jusqu’à présent rien n’est fait, la situation a même empiré parce que hier la route qui mène à la station de captage des eaux de la Régideso est coupée… C’est une situation que nous ne savons pas décrire en peu de mots. C’est ainsi que nous avons pensé créer ce regroupement pour pouvoir réfléchir et nous constituer en groupe de pression auprès des autorités pour pouvoir trouver des solutions à tous ces problèmes». 

Lukono Sowa Dominique, élu de Demba, embouche la même trompette. «Je suis très intéressé par le développement de notre province. Dans la situation dans laquelle elle se trouve actuellement, si les autochtones ne prennent pas conscience de cela pour pouvoir s’impliquer dans le développement, il est fort à craindre que cette province ne soit pas la meilleure à pouvoir bénéficier de l’avancement sur le développement», dit-il. 

Me Malu Kantanga Claude, avocat au Barreau de Kinshasa Gombe ne dit pas non plus autre chose. «Il n’y a que nous, les natifs du Kasaï Central qui pouvons faire quelque chose pour sortir notre province de l’état dans lequel elle se trouve aujourd’hui… », est-il.

Prof Batubenge Tshidibi Augustin. «Ce groupe est celui des gens qui se sont rendus compte qu’ils ne devaient pas croiser les bras, mener des réflexions car le développement vient de réflexions… Nous sommes convaincus qu’avec des idées, et avec les moyens qu’on peut mobiliser, nous allons redorer le blason de cette province et en redevenir fiers… »

La mort subite

A l’instar d’autres membres de cette Asbl, le Sénateur Buanoko Kalombo Remy du territoire de Luiza dit : «Nous sommes mobilisés ici pour booster les choses de manière que la province puisse aller de l’avant. Nous ne pouvons pas laisser la province sombrer… »

Prof Musungayi Bampale Rémy : «J’avais des livres à distribuer, mais les gens m’ont dit allons-nous manger les livres? La faim est à son comble, la misère est totale, Il y a certains fils de notre province, qui au lieu de privilégier la cohésion et l’unité, cherchent  la division… Nous avons créé cette Asbl pour pouvoir nous exprimer parce que nous avons pris conscience du mal qui ronge notre espace de vie qui nous a vus naitre et grandir. Aujourd’hui il y a des ravins, le chemin de fer est coupé, à quoi faut-il nous attendre, à la mort subite… », fait savoir l’enseignant, inquiet. Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter