La dime : Fondement du développement des Nations

(Par l’Evangéliste Colin NZOLANTIMA)

Le monde est secoué par des crises multiformes  dont les faillites financières et monétaires, les perturbations de toutes les logiques économiques, les guerres, les tremblements de terre, les inondations, les sécheresses, les feux de forêt… Une forte insécurité existentielle ébranle toutes les communautés. Comment s’en sortir ?                 

Face à la baisse de production, les prix s’envolent, et L’inflation se pérennise. En effet, plusieurs décisions socio-économiques, dont l’objectif consistait à relancer les activités économiques, ont eu par contre des conséquences néfastes. D’où l’augmentation des impôts et taxes, la réduction de certains avantages, la planche à billets pour couvrir les déficits publics et maintenir certains équilibres sociaux de peur de susciter de graves troubles. Les gouvernants devraient encourager la population à la créativité et à la production pour accroître les produits et l’autosubsistance. Dieu, dans sa prescience, a préconisé la Dîme.

En effet, c’est l’impôt de 10% qui devrait être prélevé sur le bénéfice et non sur le chiffre d’affaires ou total des ventes. Dans Deutéronome 14.22-29, il nous décrit le cadre. Cette dîme est prélevée sur les productions agricoles. L’agriculture est le meilleur endroit pour la multiplication et le meilleur rendement. En prélevant cet impôt, le travailleur ou l’employeur aura suffisamment pour sa subsistance et pour commercialiser. Cette abondance permet de stabiliser les prix et d’assurer la bonne santé alimentaire par la qualité des produits. Cette pratique oblige tout le monde à travailler. Cette dîme permet

1. D’assister les membres de famille;                

2. Les lévites, de rémunérer tous les responsables politico-administratifs.

Dans ce groupe se retrouvent : 1. Les sacrificateurs ceux qui servent le Seigneur dans les communautés.          2. Les magistrats:

– juridictionnel (des cours et tribunaux),

– administratif: les chefs de rue, de localité, bourgmestre, gouverneur, maire, chef coutumier    – politique: les ministres, les présidents de la République, les rois, les empereurs  

3. Les fonctionnaires qui sont à la disposition de la nation.            

4. Les portiers qui assurent la sécurité des frontières : les militaires, les officiers de migration, les douanes et tous les services de frontières.       

5. Les chantres qui doivent célébrer le Seigneur.            

Ainsi il n’y aura pas une  pléthorique des agents. Le rôle d’un gouvernement est réactif, c’est-à-dire réprimer le mal et non de faire le bien qui est la tâche dévolue aux individus, aux familles, aux Eglises, aux entreprises. Ces entités prennent en charge les veuves, les orphelins, les indigents, les étrangers. C’est la sécurité sociale responsable.   Pour avoir voulu tout régenter, les gouvernements ont désarticulé tous les systèmes socio-économiques et ont paupérisé leurs concitoyens.

Les caisses de la sécurité sociale sont en déficits permanents et soutenus par la planche à billets  soit par la dilapidation des revenus, soit par la mauvaise affectation des fonds.  La France aurait son déficit de la sécurité sociale en 2023 autour de 7 milliards d’euros, mais la dette sociale cumulée est de 160 milliards.            

Par la dîme, les autorités politico-administratives et le peuple sont encouragés à la productivité, à l’excellence, à l’intégrité, à la compassion, à la justice, à  l’unité, à la cohésion. Cette dîme impôt est prélevée sur la valeur ajoutée et non sur le capital qui doit toujours générer un bonus. Les faillites des nations, par leurs projets budgétivores, les obligent à augmenter les prélèvements. Les États-Unis se retrouvent avec un déficit public de plus de 1700 milliards USD. Comment les couvrir avec la situation catastrophique à travers le monde? Toutes les promesses sont farfelues. Seule la repentance et la réconciliation, le retour aux principes bibliques, peuvent aider un pays à sortir de ce bourbier.

Que Dieu aide nos autorités à éplucher cette vieille voie qui avait permis l’émergence de plusieurs pays surtout nordiques issus de la réforme de Martin Luther en Allemagne. Quand on s’est perdu en chemin, il faut revenir au point de départ. Si l’Eternel ne bâtit la maison en vain les bâtisseurs bâtissent. Psaumes 127.   Bonne méditation.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter