Sama Lukonde appelle à des échanges transparents et équitables sur les enjeux et défis d’un avenir économique commun entre la RDC et ses partenaires

En marge de la visite du Président français, Emmanuel Macron, le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde, qui a lancé, ce samedi 04 mars 2023 au Pullman hôtel, le forum économique de Kinshasa, a appelé à des échanges transparents et équitables sur les enjeux et défis d’un avenir économique commun entre la RDC, la France et l’Union Européenne.

Dans ce forum visant à renforcer des liens dans les domaines prioritaires notamment les mines, le numérique et les infrastructures, le Chef du Gouvernement congolais a appelé à la requalification du partenariat.

 » Permettrez-moi d’entrer dans le vif du sujet en relevant la pertinence des trois tables rondes alignés par les organisateurs du Forum économique RDC-France et Union Européenne. Mon gouvernement suit avec la plus grande attention l’issue de ces assises dont la portée historique participera, à n’en point douter, à la requalification du partenariat que nous voudrions mutuellement avantageux. Et comme ça l’a été acté ici, par le concept gagnant-gagnant que nous voulons entre la RDC, la France et l’Union Européenne », a-t-il lancé, d’entrée de jeu.

Pour le Premier Ministre Sama Lukonde, cette rencontre est une opportunité pour parvenir à ce partenariat de référence mutuellement avantageux (gagnant-gagnant). A cette ère de l’urgence climatique, a-t-il dit, la RDC offre à l’humanité entière les ingrédients nécessaires à la transition énergétique.

 » Ce Forum économique de Kinshasa représente, en effet, une nouvelle opportunité d’échanger de manière transparente et équitable sur les enjeux et défis de notre avenir économique commun. Je vous invite, pour ce faire, à prendre part activement aux trois tables rondes, respectivement sur les métaux stratégiques et la transition énergétique, sur les infrastructures urbaines et les villes durables ainsi que sur le numérique.

Éminemment stratégique, ces trois thématiques se retrouvent non seulement au cœur des politiques publiques et des stratégies de développement de tous les pays du monde. Elles offrent aussi les opportunités de partenariats entre nos économies respectives. En prélude à vos échanges, permettez-moi de partager avec vous quelques considérations pertinentes de chacune de ces thématiques pour le développement de l’Afrique et singulièrement, pour la République démocratique du Congo, notre pays. En ce qui concerne les métaux stratégiques et la transition énergétique, il me faudrait rappeler que l’urgence climatique à laquelle l’humanité fait face aujourd’hui, nécessite une transition énergétique. Et celle-ci impacte nos modes de production et de consommation. A cet effet, ces éléments   (le cobalt, le cuivre, le lithium notamment) font partie des métaux nécessaires à la production des véhicules électriques, des batteries et de nombreux autres piliers clés de la transition énergétique. Comme vous le savez ce pays, la RDC, est dotée de tous ces métaux, a-t-il affirmé.

Le chef du gouvernement congolais appelle les grands décideurs présents à ce forum à accompagner la RDC dans la valorisation de ces ressources pour le bien-être collectif entre ses populations et le reste du monde qui en bénéficie.

 » …Mais, il ne suffit pas de les avoir. Il faudra les valoriser au bénéfice de nos populations. Dans ces conditions, la politique de mon gouvernement consiste à valoriser nos ressources pour assurer le bien-être de nos populations et la préservation des équilibres écologiques. La multiplication de nos efforts doit nous permettre avec nos partenaires régionaux et internationaux de fournir au monde entier les métaux nécessaires pour faire face à cette urgence climatique en assurant les flux financiers et environnementaux soutenables. C’est d’ailleurs la vision du Président de la République, Son Excellence Monsieur Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui ne cesse de rappeler la singularité du statut de notre pays, pays solution au monde pour ces problèmes environnementaux. Vous allez aborder dans la deuxième table ronde, la thématique sur les infrastructures urbaines et les villes durables. Nous le savons tous. La problématique de l’urbanisation en Afrique nous impose des défis multiples de nature à la fois démographique, économique, sociologique, infrastructurelle, et environnementale, sans oublier le déficit énergétique et la fracture numérique, et bien sûr la taille immense de notre pays. En guise d’illustration de ces enjeux, en perspectives de 2050, selon les projections de nos centres de recherches, ici en RDC, nous allons compter plus de 200 millions d’habitants, dont 30 millions rien que pour la ville de Kinshasa, soit 15% de la population nationale. Cellcom/Primature

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter