Procès Mwangachuchu : Un nouveau prévenu présenté à la HCM, l’affaire renvoyée à ce mardi

Les avocats du député Edouard Mwangachuchu ont soulevé, lors de la deuxième audience organisée hier lundi 6 mars à la Haute Cour militaire (HCM), la question liée à la santé de leur client.

En effet, les avocats conseils du député accusé d’être de mèche avec le M23 ont fait savoir que leur client a des problèmes de santé et que l’appareil respiratoire qu’il a l’habitude d’utiliser a été emporté lors de la perquisition menée par les services de sécurité à son domicile à Gombe à Kinshasa.

Ils ont demandé à la Haute Cour militaire de renvoyer l’audience à ce mardi 7 mars. Question de permettre à l’élu du peuple de prendre des dispositions de manière à être physiquement au point. Demande vite rejettée par le président de la Cour.

Au cours de cette même audience, un autre prévenu  a été présenté devant la Haute juridiction, comme auteur par participation aux infractions reprochées au député de Masisi au Nord-Kivu. Il s’agit d’un policier transféré de Masisi à Kinshasa.

La Haute Cour militaire a demandé la désignation d’office d’un magistrat pour assurer sa défense. Ce qui a conduit la Haute cour à renvoyer l’affaire à ce mardi 7 mars 2023 pour poursuivre l’examen de l’affaire avec l’avocat qui sera désigné dans les 24 heures.

Le député Edouard Mwangachuchu est jugé en procédure de flagrance avec son épouse. Ils sont tous les deux soupçonnés de soutenir les rebelles du M23. Mais il leur est également reproché la participation à un mouvement insurrectionnel, l’incitation des militaires à commettre des actes contraires au devoir et à la discipline, la détention illégale de munitions de guerre.

Des armes de guerre auraient été découvertes dans sa ferme à Masisi et dans sa résidence à Gombe à Kinshasa. La découverte faite dans un contexte de guerre du M23 dans la région. Mwangachuchu est détenu à la prison de Makala.

Ce procès a été ouvert le vendredi 3 mars. L’auditorat militaire avait, à cet effet,  conformément à la loi, présenté à la Haute cour les faits reprochés au prévenu. Il a été interpellé et arrêté par les services de sécurité depuis le 3 mars après la perquisition menée dans sa résidence de la Gombe. Rachidi MABANDU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter