Téhéran célèbre le 44ème anniversaire de la Révolution islamique d’Iran et le 50ème anniversaire des relations diplomatiques avec la RDC

L’ambassade Islamique d’Iran à Kinshasa a célébré le samedi 11 février double anniversaire. Il s’agit du 44ème anniversaire de la Révolution islamique d’Iran et du 50ème anniversaire  de l’établissement des relations diplomatiques entre l’Iran et la RDC. A cette occasion, l’ambassadeur iranien Mohammad Javad Shariati a organisé une cérémonie à l’espace le Palais à Kinshasa. Il a rappelé que le même jour, le 11 février 1973, l’Iran a établi des relations diplomatiques avec le Zaïre et son ambassade a ouvert ses portes à Kinshasa en novembre 1973.

Les relations entre l’Iran et la RDC ont toujours été fondées sur les principes, les valeurs d’amitié et de respect mutuel. Elles se développent et avancent sur la base de la présentation des dirigeants politiques des deux pays tels   Ibrahim Raïssi et son homologue congolais,  Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo. Les relations entre la République Islamique d’Iran et la RDC  en tant qu’élément important des relations entre l’Iran et l’Afrique, sont étayées sur les valeurs communes, l’indépendance, le droit à l’autodétermination, le respect des volontés de la nation congolaise en accord avec la paix et la stabilité dans ce pays, a-t-il fait remarquer.

Les relations economiques entre l’iran et l’afrique ont atteint 1,56 milliard usd

Dans le domaine économique, a poursuivi Mohammad Javad Shariati, malgré les pressions et les sanctions unilatérales cruelles et injustes, les relations économiques entre l’Iran et l’Afrique ont atteint 1,56 milliard de dollars. Ce, malgré les nombreuses capacités et opportunités économiques de l’Iran et du Congo, y compris la qualité et les avantages concurrentiels des produits iraniens, ainsi que la distance et le vaste territoire du Congo, les relations commerciales des deux pays sont organisées au niveau régional et à travers les pays voisins.

Par ailleurs, a-t-il  indiqué, son pays a également une histoire de plus d’une décennie dans le domaine de la formation, de la promotion, de l’éducation et de l’expertise scientifique de la jeunesse congolaise. Cela, ajouté à plus d’une décennie d’activités humanitaires et thérapeutiques du Croissant-Rouge de la République Islamique d’Iran en RDC et à la coopération avec le Comité national de la Croix-Rouge, montre les relations amicales et étroites entre les deux pays, a soutenu  Mohammad Javad Shariati.

Ensuite, la République Islamique d’Iran forme et instruit chaque année 350 étudiants congolais en créant l’Université Islamique du Congo (Unico), a soutenu le diplomate. Aussi, en coopération avec le ministère de la Santé et le Comité national congolais de la Croix-Rouge, elle a fourni des services médicaux à la population en créant la Clinique du Croissant-Rouge et en construisant un centre orthopédique équipé dans ce domaine, a ajouté le diplomate iranien.

Éloge de 44 ans de croissance de la République Islamique d’Iran

Pour l’ambassadeur de la République islamique d’Iran en RDC, son pays possède l’une des plus anciennes civilisations de l’Histoire avec un système de gouvernance progressiste. Au cours des quatre dernières décennies, malgré les complots et obstacles fomentés injustement par les ennemis en recourant à la guerre imposée, aux sanctions, au terrorisme économique sous l’étiquette de  » Politique de pression maximale  » et, dans le dernier exemple, à la guerre hybride, le peuple et le gouvernement iraniens ont rendu possibles de nombreuses réalisations scientifiques, économiques et technologiques qui se sont cristallisées dans le domaine de l’autosuffisance en produits agricoles et industriels, de la nanotechnologie, de l’énergie nucléaire pacifique, etc.

Selon lui, les statistiques et les chiffres d’institutions internationales de renom indiquent les progrès et le développement tous azimuts de l’Iran, en particulier dans le domaine de la science et de la technologie.

7 % des reserves minerales mondiales

Avec seulement 1% de la population mondiale, l’Iran détient environ 7% des réserves minérales mondiales: d’immenses ressources souterraines, une localisation géographique exceptionnelle située à l’intersection des mondes comme un carrefour naturel entre l’Est et l’Ouest, le Nord et le Sud ; un grand marché national mais aussi régional avec 15 pays voisins fort d’une population de 600 millions d’habitants, de longues frontières maritimes, la fertilité des terres avec divers produits agricoles et horticoles, une économie vaste et diversifiée font partie des capacités du pays dont de nombreuses capacités sont laissées intactes.

À faire foi aux statistiques de l’Unesco, au milieu des années 70, le taux d’alphabétisation en Iran était d’environ 30 %, mais suivant les mêmes statistiques, plus de 75 % des Iraniens étaient alphabétisés jusqu’en 1998, et en 2016, le nombre de personnes alphabétisées dans le pays a atteint le taux record d’environ 90%, a reconnu le diplomate iranien.

Dans les années qui ont suivi la victoire de la révolution islamique, la nation iranienne a pu passer d’un pays importateur de pétrole au plus grand exportateur de pétrole du Moyen-Orient, et, quant à l’industrie nucléaire, elle a également réalisé le cycle complet de production de combustible nucléaire, a mentionné le numéro 1 des iraniens en RDC.

2ème producteur des medicaments recombinants

Après la révolution, l’Iran a pu obtenir la 7ème place mondiale dans la production de nanomédicaments et la 4ème dans la science moderne du nano. Il s’est réservé également le titre de deuxième producteur mondial des médicaments recombinants contre l’hémophilie de facteurs VII et VIII, et il a pu se classer parmi les 5 pays producteurs de Lasers Haute Puissance (LHP) dans le monde, et parmi ces records, l’Iran a atteint la 4ème place mondiale dans la production de sciences de traitement contre l’infertilité et la 5ème en ophtalmologie. Grâce à ces capacités, l’Iran figure parmi les 10 premiers pays au monde en chirurgie cardiaque et valvulaire en brisant le monopole mondial.

Actuellement, dans le domaine de l’autonomisation des femmes, il faut souligner que 55 % des étudiants, 40 % des médecins et 33 % des membres du corps enseignant des universités iraniennes sont actuellement composés de femmes, soit 21 000 femmes professeurs d’université. Au parlement actuel d’Iran, seize femmes députées sont actives et un nombre important de femmes au sein des conseils municipaux et ruraux. Actuellement, il y a quatre femmes iraniennes comme ambassadrices en Finlande, au Danemark, au Brunei Darussalam et en mission permanente d’Iran à New York. Dans le domaine du sport, les athlètes féminines sont devenues très actives et ont remporté 3302 médailles dans des événements sportifs internationaux, a conclu le diplomate iranien en RDC. Mathy MUSAU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter