Prison centrale de Makala : 501 détenus libérés en présence de la ministre d’Etat Rose Mutombo

501 détenus de la Prison centrale de Makala dont 10 femmes sont bénéficiaires d’une libération conditionnelle depuis le samedi 11 février, au cours d’une  cérémonie présidée par la ministre d’Etat, ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Rose Mutombo Kiese.

Selon la ministre d’Etat,  » ces détenus qui bénéficient de la libération conditionnelle,  c’est en vertu du   pouvoir qui m’est donné par la loi. Ces 501 personnes qui  bénéficient de cette libération du fait qu’elles étaient condamnées et elles ont déjà purgé  plus d’un quart de leurs peines. C’est ainsi que je suis venue moi-même aujourd’hui pour faire  exécuter cette loi afin  de donner un signal fort que les lois de la République doivent être respectées « .

La Garde des Sceaux a relevé quelques défaillances concernant un grand nombre de prisonniers en détention préventive. C’est pourquoi elle en a appelé au bon travail des juridictions. :  » Mais la grande difficulté que nous avons constatée, plus de 70 % des personnes qui sont en prison sont en détention préventive. Pour bénéficier de la libération conditionnelle ou de la grâce présidentielle que nous allons exécuter dans les jours à venir, il faut obligatoirement être condamné. C’est pourquoi, j’attire l’attention des cours et tribunaux mais aussi des parquets pour que chaque organe à son niveau travaille normalement pour qu’on évite autant de détenus préventifs dans nos prisons« . Rose Mutombo n’a pas manqué de souligner que la libération conditionnelle concerne toutes les prisons de la République. Dès qu’il  y aura  des listes des provinces et cette mesure sera exécutée.

 » Ce jour, s’est réjoui le directeur de la Prison centrale de Makala, Joseph Yusufu, est spécial pour la Prison centrale de Makala et restera non seulement dans l’histoire de cet établissement pénitentiaire mais aussi elle sera gravée dans le cœur de nos semblables qui croyaient être abandonnés mais l’Etat congolais a encore besoin d’eux après leur séjour carcéral« . Avant de saluer ce geste louable qui fera en sorte que cet établissement carcéral soit tant soit peu désengorgé.

 » Vous comprendrez que la Prison centrale de Makala fut construite pour accueillir 1.500 pensionnaires mais aujourd’hui elle regorge en son sein plus un effectif de plus de 11.032 détenus dont 3.566 condamnés et 7.473 prévenus« , a-t-il rappelé.

Joseph Yusufu  a saisi cette occasion pour que la patronne de la  Justice nationale  puisse  s’imprégner  personnellement  de cette situation si récurrente et devenue un fléau. Les propositions suivantes peuvent être prises en compte pour palier cette situation que les magistrats se dessaisissent des cas bénins, que des parquets puissent envoyer des réquisitions aux fins de n’emprisonner que des détenus qui ont des jugements et arrêts déjà rendus, que les transfèrements se fassent pour un bon nombre de condamnés vers d’autres prisons des provinces, que des propositions de libération conditionnelle soient traitées avec célérité.

Cependant, le directeur de la Prison centrale de Makala a souligné qu’ils auraient une liste additive qui allait venir incessamment pour exécuter la suite pour désengorger davantage la prison sans oublier que dans un délai raisonnable exécuter la mesure de grâce présidentielle qui était signée par le Chef de l’État.                    Mamous

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter