Plan de réponse humanitaire 2023 : les humanitaires en quête de 2,25 milliards usd pour plus de 10 millions de personnes en rdc

La communauté humanitaire cherche 2,25 milliards de dollars américains  pour répondre aux besoins de plus de 10 millions de personnes vulnérables en RDC en 2023. Pour ce faire, le Gouvernement congolais et la communauté humanitaire ont lancé, hier jeudi 22 février le Plan de réponse humanitaire 2023, qui vise à mobiliser ce fonds pour financer les besoins critiques de ces nombreuses populations en situation critique dans le pays.

« Au-delà de mobiliser des fonds pour des besoins vitaux, le Plan de réponse humanitaire est un rappel de notre humanité commune, de notre solidarité et de notre responsabilité partagée envers la population affectée par le conflit, les épidémies et les catastrophes naturelles en République démocratique du Congo, qui demeure une crise complexe majeure et mérite toute l’attention possible« , a indiqué le Coordonnateur humanitaire, Bruno Lemarquis, selon un communiqué de presse.

C’est dans la province du Nord-Kivu qu’on note cette situation humanitaire exacerbée durant ces 12 derniers mois par un regain de violence. Dans cette partie du pays, on note que plus de 600.000 personnes qui ont été nouvellement déplacées depuis mars 2022 ; dans la province voisine de l’Ituri, où des localités ont été et continuent d’être le théâtre de massacres intercommunautaires, y compris dans des sites abritant des personnes déplacées.

DES MALADIES ET L’INSECURITE ALIMENTAIRE

Tandis que; dans la province du Sud-Kivu, des maladies telles que la rougeole continuent de frapper des milliers de personnes. A travers le pays, environ 26,4 millions de personnes sont confrontées à l’insécurité alimentaire, faisant de la RDC le pays le plus affecté au monde par cette situation. Avec 5,7 millions de personnes déplacées à cause du conflit, la RDC compte également le plus grand nombre de personnes déplacées internes sur le continent africain, ajoute la source.

On rapporte qu’en 2022, environ cinq millions de personnes sur les 8,8 millions ciblées ont reçu de l’assistance humanitaire; deux millions de personnes souffrant de malnutrition, y compris des milliers d’enfants, ont eu accès à des soins thérapeutiques nutritionnels ; plus de 2,5 millions ont pu accéder à de l’eau potable, à des services d’hygiène et à des soins de santé.

Pour tous ces besoins, en cette année, les acteurs humanitaires avaient lancé un appel pour 1,88 milliard de dollars, appel financé à hauteur de 48%, laissant ainsi des millions de personnes sans l’assistance nécessaire. Malgré le contexte international marqué par de nombreuses crises qui se chevauchent, les bailleurs de fonds continuent de soutenir les opérations à travers le pays, a ajouté le Coordonnateur humanitaire. Il a aussi salué l’implication des ONG congolaises qui constituent un maillon important de la réponse humanitaire.

 » L’ASSISTANCE HUMANITAIRE N’EST PAS LA SOLUTION A LA CRISE HUMANITAIRE « 

« L’assistance humanitaire n’est pas la solution à la crise humanitaire mais elle reste indispensable pour répondre aux besoins immédiats des millions de familles affectées. Les solutions politiques pour le retour à la paix et à la sécurité, des solutions gagnant-gagnant en termes de développement économique, y compris au niveau régional, des investissements massifs dans le développement pour appuyer la mise en œuvre des objectifs du développement durable, la combinaison de tout cela conduirait à une diminution drastique des besoins humanitaires » a reconnu M. Lemarquis.

 Comme chaque année, souligne la source, le Plan de réponse résulte d’une analyse commune entre le Gouvernement congolais, les agences humanitaires des Nations unies et les ONG internationales et nationales.

« Il est également essentiel que les acteurs humanitaires, du développement et de la paix travaillent de concert pour réduire les vulnérabilités qui génèrent les besoins humanitaires et favoriser des solutions durables, le retour de la paix étant le plus grand souhait des populations affectées » a conclu Lemarquis.

Kléber KUNGU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter