ONU : les faux médicaments sont à l’origine d’un demi-million de décès en Afrique subsaharienne

Un rapport choquant de l’Office des Nations unies contre la drogue et le crime (ONUDC) a alerté, ce jeudi, que les médicaments contrefaits sont liés à la mort de près de 500 000 personnes chaque année.

La dernière évaluation, faite par l’ONU, de la menace de la criminalité transnationale organisée a alerté que sur les 500 000 décès, jusqu’à 169 271 cas sont liés à des antibiotiques contrefaits ou de qualité inférieure, utilisés pour traiter la pneumonie grave chez les enfants.

En outre, 267 000 décès par an sont liés à des médicaments antipaludiques contrefaits et de qualité inférieure.

Le rapport met en évidence également qu’entre janvier 2017 et décembre 2021, plus de 605 tonnes de fournitures médicales ont été saisies rien qu’en Afrique de l’Ouest, à la suite d’opérations internationales de lutte contre ce trafic.

L’étude de l’ONUDC a aussi indiqué qu’une série d’acteurs, participant au trafic de produits médicaux illégaux, ont été découverts grâce à ses enquêtes. Il s’agit notamment de responsables gouvernementaux, d’employés de sociétés pharmaceutiques, d’agents chargés de l’application des lois, d’agences de santé et de vendeurs ambulants qui agissent tous comme des trafiquants.

Le rapport préconise l’introduction et la révision de lois en Afrique, afin de mettre fin à toutes les infractions liées au trafic de médicaments, à la contrebande, au blanchiment d’argent et à la corruption. AA

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter