Le Général Kasongo apaise la tension de la population après la démolition des habitations dans la concession Belvédère

Le Général Sylvano Kasongo a apaisé la tension de la population de Mont-Ngafula après la démolition des constructions anarchiques érigées dans la concession Belvédère au quartier Matadi Mayo par les services du ministère provincial des Affaires foncières.

Le Commissaire divisionnaire adjoint Kasongo, accompagné par ses hommes, a assisté, hier mardi 14 février, les services du ministère provincial des Affaires foncières en vue d’assurer la sécurité pendant l’opération de démolition du site. Ces opérations ont été effectuées conformément à un arrêté du gouverneur de Kinshasa daté du 5 janvier 2023.

La présence des bulldozers de l’hôtel de ville de Kinshasa à Mont-Ngafula n’a pas été la bienvenue. Les habitants, la plupart des propriétaires des parcelles anarchiquement construites ont tenté d’empêcher les envoyés de l’autorité urbaine de faire leur travail.

D’où l’intervention de l’équipe de sécurité conduite par le Général Sylvano Kasongo. Celui-ci n’est pas seulement intervenu pour que les équipes de démolition fassent leur travail en toute sécurité, mais, en responsable, a aussi pris langue avec les victimes de l’action des autorités de la ville.

Face à une foule furieuse, le numéro un de la Police pour  la ville de Kinshasa l’a rassurée. «Il ne s’agit pas de la Police et moins encore des agents dépêchés sur ces lieux. La décision de démolir ces habitations provient du gouverneur Gentiny Ngobila qui m’a instruit de sécuriser les opérations».

Documents à l’appui, le chef de la Police à Kinshasa a fait savoir à ses interlocuteurs que «les maisons détruites ne remplissaient pas toutes les conditions exigées par les lois en vigueur en RDC». Voilà pourquoi il a condamné des chefs coutumiers qui s’illustrent par la vente des lopins de terre sans tenir compte de certains aspects, ni se conformer à la législation en vigueur.

Le Général Sylvano Kasongo a rappelé qu’il y a peu, la ville de Kinshasa a enterré plus de 120 personnes qui ont trouvé la mort suite à la pluie. «Ce site connaît plusieurs têtes d’érosion. L’État ne peut pas accepter que vous puissiez y habiter au risque que la ville enregistre d’autres décès après des pluies comme ce fut le cas», a-t-il laissé entendre.

Le Commissaire provincial de la PNC/Kinshasa a balayé d’un revers de la main les rumeurs selon lesquelles l’usine Mandiko, en construction sur ce même site, serait à la base de démolition des maisons environnantes. 

«Cette entreprise appartient à un sujet congolais. Il a acquis son terrain auprès des chefs coutumiers. Mais la différence avec vous, lui est allé auprès des services compétents pour régulariser son cas. Et à ce jour, il est en ordre avec l’État», a expliqué le Général Sylvano Kasongo.

En un mot comme en mille, le patron de la PNC/Kinshasa qui s’est fait assister par le bourgmestre de la commune de Mont-Ngafula, a appelé la population de cette municipalité à observer la voie à suivre avant de construire. Il a attiré l’attention des habitants de la concession Belvédère sur le respect de l’espace du tronçon dégagé par le génie militaire pour permettre aux véhicules d’accéder au chantier de l’usine en construction.

Néanmoins, le Général Sylvano Kasongo a promis à la population de Mont-Ngafula qu’il va échanger avec le gouverneur Gentiny Ngobila de manière à voir ensemble la possibilité d’épargner les habitations à l’entrée de la concession. Mais en attendant, il a appelé les habitants du quartier à constituer une équipe devant assurer les travaux de canalisation des eaux pour empêcher que les pluies aient un impact négatif sur la concession. Rachidi MABANDU 

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter