Deux sociétés gagnent les marchés pour la construction de bateaux de pêche industriels

La société espagnole Aresa Shipyard et les Établissements congolais Yetu en partenariat avec la société turque Pirlant Shipyard ont gagné les marchés pour la construction et livraison de 15 bateaux des pêches industriels neufs à la RDC.

Il s’agit, selon un communiqué du ministre de la Pêche et Elevage, de 3 bateaux de pêche industriels neufs de 27 m pour la côte atlantique (océan),  3 bateaux de pêche industriels neufs de 16 m pour la côte atlantique (océan),  2 bateaux de pêche neufs de 12 m pour le lac Albert, 2 bateaux de pêche neufs de 12 m pour le lac Tanganyika, 5 bateaux de pêche neufs de 8 m pour le fleuve Congo et ses affluents.

D’après ce communiqué du ministère de la Pêche et Elevage,  le choix de ces entreprises a été effectué à  l’issue de la procédure de passation des marchés publics menée conjointement avec la Direction Générale du Contrôle des Marchés Publics (DGCMP).

Parallèlement à cette procédure, renseigne le communiqué, «le ministère finalise la démarche pour l’élargissement de l’espace maritime congolais de pêche et l’implantation des infrastructures terrestres de conservation et d’acheminement des produits de pêche vers les centres de consommation à travers tout le pays». 

L’objectif de cette démarche, souligne le communiqué du ministère de Pêche et Elevage, est de développer le secteur de pêche industrielle, accroitre la production locale et assurer l’autosuffisance alimentaire de la population congolaise en produits halieutiques. 

Les avis de non objection étant déjà accordé par la DGCMP, poursuit le ministère, la signature du contrat entre les deux entreprises et le Gouvernement de la RDC intervient avant la fin de cette première quinzaine du mois de février 2023. 

Avec cette initiative, le Gouvernement veut quitter la pêche artisanale pour celle industrielle. Raison pour laquelle les crédits budgétaires arrêtés pour le secteur de pêche et élevage pour l’exercice 2023 ont presque triplé par rapport à leur niveau de l’année 2022.

D’après le document de la loi de finances publiques, les prévisions budgétaires arrêtées pour ce secteur sont chiffrées à 602,1 milliards de Francs congolais CDF, soit plus de 299,2 millions USD au taux budgétaire moyen de 2012 CDF pour un dollar américain.

Ces crédits budgétaires représentent 2,15% des dépenses totales du Gouvernement congolais au cours de l’année 2023.

L’année dernière, le Gouvernement congolais avait tablé sur des dépenses de l’ordre de 214 milliards de CDF, soit plus de 106 millions USD pour le secteur de pêche et élevage, représentant 1,05% des dépenses totales du Budget 2022.

S’agissant de l’exécution budgétaire des dépenses du secteur de pêche et élevage, il ressort du dernier rapport sur les états de suivi budgétaire (ESB) que le Gouvernement congolais n’a décaissé que 10,7 milliards de CDF, soit près de 5 millions USD.

Il convient de souligner que la République Démocratique du Congo dispose, depuis le vendredi 23 avril 2021, d’un Plan Prioritaire de relance de la Pêche (PPRP).

Ce plan a été validé au cours d’un atelier de deux jours tenu à Kinshasa et organisé par le Gouvernement congolais en collaboration avec l’Organisation des Nations-Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Rachidi MABANDU 

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter