William Johann Schmonsees : « Nous réitérons notre appel au Rwanda pour qu’il cesse de soutenir le M23 »

Le porte-parole de langue française du Département américain a réitéré l’appel des USA au Rwanda pour qu’il cesse de soutenir les rebelles du Mouvement du 23 mars (M23). Dans une interview accordée à VOA, William Johann Schmonsees appèlle le pays de Kagame à retirer ses soldats de l’Est de la RDC.

« Il y a des preuves palpables du soutien rwandais au M23 et il y a des rapports crédibles par exemple de graves violations des droits humains. Nous réitérons notre appel au Rwanda pour qu’il cesse de soutenir le M23 et retirer ses soldats de l’Est de la RDC« , a-t-il déclaré.

Concrètement, comment vous comptez vérifier si vos appels sont appliqués sur  terrain? A cette question, William Johann Schmonsees a révélé les moyens devant permettre aux USA de vérifier l’effectivité de la mise en application de leur demande

« De toutes les façons, notre diplomatie est toujours engagée dans la région notamment avec Kinshasa et Kigali. Les États-Unis ont des équipes dans chaque capitale et celles-ci sont chargées de surveiller toute la situation. Il y a aussi l’ONU qui vient de publier ce rapport, les casques bleus, des ONG…qui vont nous donner les rapports émanant de chaque côté« , a-t-il fait savoir.

A titre d’exemple, William Johann Schmonsees a cité les rapports de violations des droits humains qui permettent aux États-Unis de surveiller la situation dans la région.

Dans cet élan, le diplomate américain a dénoncé, pour la même circonstance, « la coopération des forces armées congolaises et les groupes armés notamment les FDLR comme l’a souligné le rapport des experts onusiens ».

Les Etats-Unis d’Amérique ont, pour la première fois, appelé clairement l’armée rwandaise  à cesser tout soutien à la rébellion du M23 par la voix de Robert Wood, son Représentant alternatif pour les Affaires politiques spéciales. Il a lancé cet appel lors de la réunion du Conseil de sécurité, le mercredi 26 octobre à New York, sur la situation sécuritaire dans la région des Grands Lacs. Rachidi MABANDU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter