Une Asbl Rd-congolaise plaide pour l’annulation de la résolution 1823 du Conseil de sécurité des NU

Le Groupe pour l’action et la réflexion citoyenne (Garci) appelle à la mobilisation de tous les Congolais, y compris ceux de la dispora, afin d’obtenir l’annulation de la résolution 1823 du Conseil de sécurité des Nations unies. Une disposition qui, d’après cette association, donne l’aval aux groupes armés de se ravitailler en armes et matériels à partir du Rwanda.

Le Garci, une ASBL Rd-congolaise est résolument déterminée à engager des actions jusqu’à la suppression pure et simple de la résolution 1823 prise par le Conseil de sécurité en date du 8 juillet 2008. «Cette résolution permet aux groupes armés (dont généralement les intérêts ne sont jamais légaux) de s’approvisionner en armes et matériels militaires à partir du Rwanda», précise le communiqué du Garci.

Pour cette association, cette mesure «implique une responsabilité des Nations unies dans la situation que traverse la RDC».

 C’est ainsi que se basant sur les recommandations du rapport d’étude du groupe 5 sur la sécurité et la stabilité intitulé «des génocides à l’instabilité, des faits et des curiosités qui dérangeraient la paix en RD Congo» rendu public le 8 janvier 2023, le Garci entend mener des actions des grandes envergures jusqu’à l’aboutissement de son combat. «Le Président du Conseil d’administration, Hugo Nsundi Zala, a pris l’initiative d’engager l’association dans la voie des actions pour obtenir l’annulation de la résolution 1823 du Conseil de sécurité des Nations unies adoptée le 10 juillet 2008», indique le communiqué. A cet effet, «afin de préserver les intérêts de la nation congolaise», le Garci a initié des correspondances dans lesquelles, il exprime sa protestation, son mécontentement et son vœu. Ces lettres sont destinées aux diverses instances et Institutions tant nationales qu’internationales. L’Asbl a ciblé entre autres le Président de la république, les deux chambres du Parlement, le Gouvernement. La Monusco et certaines ambassades sont du nombre.

Ce n’est pas tout. Au-delà des correspondances, le Garci entend mener des actions de sensibilisation de l’opinion publique tant nationale qu’internationale «sur la problématique et l’impact négatif de cette résolution du conseil de sécurité des Nations unies sur la situation sécuritaire de la région des grands lacs en général, et de la RD Congo en particulier».

C’est dans cet ordre d’idées que «nous saluons l’annulation de la rencontre prévue le lundi 23 janvier à Doha, au Qatar, entre les présidents de la République démocratique du Congo, Félix Tshisekedi et du Rwanda, Paul Kagame», rapporte le communiqué. Cette association pense que «le Président Tshisekedi a pris la bonne option en refusant simplement de se rendre à Doha alors qu’une délégation rwandaise est déjà sur place».

C’est dans cette optique que le Garci appelle à l’implication de tous les congolais, y compris ceux de la diaspora «pour qu’ensemble, une force citoyenne soit mobilisée au maximum autour de cette cause pour la protection des intérêts de la nation». Pour le Garci, les NU devront mettre en place un mécanisme spécial de gestion des frontières, un mécanisme qui mettra chaque état devant sa responsabilité en terme de gestion des frontières, et décourager tout appui aux groupes armés pour déstabiliser un autre état. Dina BUHAKE

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort