« Seulement 3% d’enfants en RDC sont capables de lire et bien comprendre un texte simple », alerte Albert Zeufack de la Banque mondiale

« La situation de l’éducation en RDC est quasi préoccupante, parce que 3% seulement des enfants en RDC en 10 ans sont capables de lire et de bien comprendre un texte simple. C’est en dessous de la moyenne de l’Afrique subsaharienne« . C’est en ces termes que le Directeur des opérations de la Banque mondiale en République démocratique du Congo, Albert G.  Zeufack, a alerté l’opinion au cours d’un café de presse organisé hier mardi 24 janvier, au bureau de la Banque mondiale dans la commune de la Gombe, coïncidant avec la Journée internationale de l’éducation.

« Cela contribue à un très faible indice du capital humain. Et l’indice du capital humain en RDC est de 0.37 qui est inférieur à la moyenne africaine de 0.4. L’indice du capital humain signifie que 37 pour les enfants congolais atteindront seulement 37% de leur potentiel de production en raison de leur manquement dü à l’éducation, à la santé, à la nutrition à la base« , a-t-il fait remarquer.

Le Directeur des opérations de la Banque mondiale en RDC a montré l’importance de l’éducation dans la vie d’une personne en ces termes. « Avoir un emploi bien rémunéré est la variante la plus importante. Pour avoir un bon emploi, il faut avoir été à l’école« , tout en reconnaissant que « l’éducation est la clé du développement« . D’où, selon lui, les efforts de son institution à soutenir à travers le monde et l’Afrique les gouvernements – dont celui de la République démocratique du Congo – qui investissent dans l’éducation.

« C’est pourquoi la Banque mondiale a été parmi les premières organisations à soutenir l’ambitieux programme de la gratuité de l’enseignement de base qui a été lancé par le président Félix Tshisekedi en RDC« , a-t-il soutenu. Un programme soutenu par un projet du gouvernement congolais de 800 millions de dollars américains sur l’équité et le renforcement du système éducatif (PERSE).

3,6 MILLIONS D’ELEVES SUPPLEMENTAIRES INSCRITS

Il s’agit du projet de la gratuité de l’enseignement de base qui a contribué significativement à l’amélioration de l’accès à l’éducation en RDC. Ainsi, a reconnu Albert Zeufack, grâce à ce projet, 3,6 millions d’élèves supplémentaires ont été inscrits dans les écoles primaires au Congo. Cependant, en parallèle à ce flux, l’institution de Bretton Woods a reconnu qu’au fur et à mesure que l’accès à l’éducation augmente, elle doit travailler pour éviter une baisse de la qualité. Aussi la Banque mondiale, par la voix de son directeur des opérations en RDC, a promis de continuer de soutenir dans les années à venir le gouvernement congolais dans l’amélioration de la qualité aussi bien au primaire qu’à l’enseignement général et technique.

Pas seulement. La Banque mondiale se préoccupe également de l’éducation de la jeune fille congolaise et sa sécurité à l’école, estimant que l’éducation de la jeune est capitale parce que les recherches de la Banque mondiale montrent qu’une année supplémentaire pour une jeune fille dans l’enseignement secondaire accroit ses chances d’avoir un revenu supérieur dans sa vie.

Le volet de la lutte contre les violences basées sur le  genre est dans l’agenda des projets de la Banque mondiale, surtout à l’école, pour que celles-ci soient éradiquées. En effet, beaucoup de filles quittent l’école car elles se sentent en insécurité, a fait remarquer le numéro un de la Banque mondiale en RDC.

LE NOUVEAU CADRE DE PARTENARIAT STRATEGIQUE

Sur un autre chapitre, Albert G. Zeufack a parlé aux médias du nouveau Cadre de partenariat stratégique qui a été approuvé en juin 2022 par le Conseil d’administration de l’institution de Bretton Woods. Il s’agit de l’accord qu’elle a avec le gouvernement congolais dans certains secteurs et domaines que le gouvernement souhaite l’appui de la Banque mondiale. Et c’est dans quatre domaines précis, à savoir : le développement humain qui représente 47% du portefeuille de la Banque mondiale dans les secteurs de l’éducation, de la santé, de la nutrition ; le développement durable. Ici la Banque mondiale travaille avec le gouvernement pour la protection des forêts, la reforestation, la lutte contre les érosions, l’adaptation au changement climatique qui affecte beaucoup la RDC, alors qu’elle ne contribue pas significativement à l’émission des gaz à effet de serre. Bien au contraire, en étant le second poumon de l’humanité, la RDC contribue plus à la solution du changement climatique, mais le pays est victime de ces effets ; les infrastructures qui font défaut en RDC qui est un immense pays avec plus de 2 millions de km2, ses plus de 100 millions d’habitants et que pour aller d’Ouest à l’Est, il faut 2 000 km. Mais, ce pays qui a deux fuseaux horaires et dans lequel peut entrer toute l’Europe de l’Ouest, manque cruellement d’infrastructures routières : pas de routes ni d’autoroutes, la navigation fluviale est quasi inexistante, le rail qui, jadis servait à évacuer les minerais, s’est aussi détérioré.

UN PROJET D’ADDUCTION D’EAU POUR 2 millions de kinois

En guise de piste de solution à ce problème, la Banque mondiale a convenu avec le gouvernement congolais d’investir dans une route dans le Kasaï pour compléter le tronçon routier qui est actuellement construit par la Banque africaine de développement en prenant le relais à partir de Mbuji-Mayi jusqu’à Bukavu, avec l’espoir de continuer au Nord-Kivu et en Ituri.

La croissance équitable est le quatrième domaine de ce Cadre de partenariat stratégique.

Au cours de cette rencontre avec les médias, la Banque mondiale qui investit 7,2 milliards de dollars dans 25 projets dont 21 nationaux et 4 régionaux, a étalé ce qu’elle entreprend comme projets avec la RDC. Notamment dans le secteur de l’énergie avec le financement d’un projet d’adduction d’eau en faveur de 2 millions d’habitants de Kinshasa.

Par ce café de presse, le tout premier de l’année, la Banque mondiale qui fait ce qu’elle dit et ne dit pas toujours ce qu’elle fait souhaite que la presse l’accompagne en montrant à l’opinion ses réalisations. Kléber KUNGU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort