Patrick Muyaya, la touche de nouveauté dans la manière de communiquer

* Le patron du secteur des médias congolais prône le changement de narratif comme nouveau paradigme.

Depuis sa nomination en avril 2021 en qualité de ministre de la Communication et Médias, porte-parole du Gouvernement, Patrick Muyaya apporte la touche de nouveauté dans la manière de communiquer de l’Exécutif national.  Très régulièrement, il met face à la population, via des briefings de presse,  ministres et différents autres acteurs étatiques pour rendre compte de la gestion  de leurs secteurs.

Proactif, le ministre communique directement sur certains sujets brûlants d’actualité pour rassurer l’opinion publique. Il a longuement mené la bataille médiatique au pays et à l’extérieur au plus fort moment de l’agression rwandaise de la RDC, aux côtés du Chef de l’Etat, Félix Tshisekedi et du VPM des Affaires étrangères, Christophe Lutundula. Grâce au talent de Patrick Muyaya, le Gouvernement a récupéré l’initiative de la communication du pays là où certaines ONG ou officines s’étaient arrogé le droit de s’exprimer au nom de la RDC qu’elles peignaient souvent sous son mauvais jour. 

Depuis son avènement à la tête de ce ministère stratégique de la Communication et Médias, Patrick Muyaya travaille différemment et marque la rupture. Il est résolument engagé sur la voie du changement de narratif qu’il prône comme nouveau paradigme, convaincu que la RDC n’est pas qu’un pays à problèmes comme on semble le présenter, mais il est aussi un pays solution.  Aujourd’hui face aux principaux problèmes de l’humanité, dont le réchauffement climatique, la transition écologique, les énergies renouvelables, la RDC est en tête de peloton comme pays solution.

l’exécutif n’a rien à cacher

Lors des briefings de presse, et à chacune de ses sorties, le ministre reconnait que le pays a des difficultés et que le Gouvernement y travaille. Avec cet exercice presqu’hebdomadaire ou bihebdomadaire avec les membres du gouvernement qui viennent, chacun, expliquer ce qu’ils font, l’Exécutif n’a rien à cacher, sinon la volonté affichée de réécrire une autre histoire.

Et la population reçoit, des sources autorisées, les réponses aux questions qu’elle se pose dans tel ou tel autre secteur.  Y compris dans le domaine de sécurité ! Les porte-parole de l’Armée et de la Police ne se font pas prier pour entretenir l’opinion publique de ce qui se fait. Pour eux, c’est devenu même un devoir patriotique.

 Grâce au génie de Muyaya, par ces briefings de presse interposés, aujourd’hui, le Congolais lambda a accès aux informations sur l’action du Gouvernement qu’il n’en avait pas avant. Les briefing sont devenus même le miroir des actions du Gouvernement.

Comme une série culte

Dans ce nouveau paradigme de changement de narratif sur la RD Congo, ministres et autres acteurs étatiques défilent, à la grande satisfaction des populations qui, d’après certains témoignages concordants, suivent les briefings initiés avec Muyaya comme une série culte. C’est dire que la volonté de rendre compte garantit le succès de ce rendez-vous. Certains membres du Gouvernement ont vraiment pris goût à cet exercice dit de rédevabilité et s’y sont prêtés à plusieurs reprises. A l’instar des VPM Christophe Lutundula et Eve Bazaiba, les ministres Julien Paluku, Modeste Mutinga… 

Lauréat du prix « Forbes Best of Africa »

Sous la supervision du Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, et conformément à la vision du Président de la République, Patrick Muyaya s’est démarqué dans la manière d’organiser la communication gouvernementale en assurant la promotion du nouveau narratif sur la République démocratique du Congo.

Le Premier ministre lui-même avait donné le ton, dans le cadre des 100 jours. Et il a pris le relais avec cet exercice.  A la satisfaction générale des Congolais. 

Le «changement de narratif» ou ce nouveau discours que Patrick Muyaya  a apporté pour mieux présenter, disons mieux vendre la République démocratique du Congo, a porté ses fruits loin des terres congolaises, au pays de l’Oncle Sam.

En septembre 2022, à New York, aux Etats-Unis,  Patrick Muyaya a reçu le prix Forbes USA de «Best of Africa Communication Award» pour ses efforts de promotion du nouveau narratif sur la RD Congo. Lors d’une cérémonie officielle organisée, le 20 septembre 2022 au Museum of arts and design à New-York, le Forbes Best of Africa lui a été solennellement dédié.

«La République démocratique du Congo mérite d’être bien racontée. Nous avons l’obligation de travailler à changer le narratif sur notre pays», avait déclaré Patrick Muyaya en recevant ce prix. Ses compatriotes retiendront de lui la touche de ce ministre de la Communication et Médias qui a apporté du nouveau dans la manière de communiquer du Gouvernement.

À l’Ifri, Muyaya présente les grandes réformes qui changent le narratif sur la RDC

Un mois plus tard, le 20 octobre 2022, Patrick Muyaya se rend à l’Institut de recherche et de débat indépendant (IFRI) en compagnie de son collègue des Finances, Nicolas Kazadi, pour expliquer à fond la stratégie du Gouvernement pour apporter des solutions au présent et mieux préparer l’avenir suivant la vision du chef de l’Etat, Félix Tshisekedi.  Ils ont abordé des sujets relatifs aux grandes réformes gouvernementales notamment, sur la diversification de l’économie, de l’environnement et de la sécurité. Comme pour dire, le changement de narratif, loin d’être un slogan creux, est une effectivité.

Les états généraux de la Communication et médias

Dans son secteur, le ministre de la Communication et Médias, Patrick Muyaya a entrepris des réformes légales et structurelles majeures pour améliorer l’environnement des pratiques professionnelles et moderniser les médias publics. Parmi d’autres initiatives innovantes, il y a lieu d’évoquer celle pilotée conjointement avec son collègue du Numérique pour doter le Gouvernement et tous ses services d’une charte graphique commune et d’un Portail numérique de la République.

Sur recommandation du Président de la République, le ministre Muyaya a amorcé le travail de «salubrité médiatique ».

C’est dans ce cadre qu’il faut situer l’organisation du 25 au 28 janvier 2022 à Kinshasa,  des états généraux de la communication et des médias. Ces travaux avaient réuni environ 150 personnes du secteur des médias venues des différentes provinces et de la diaspora. A l’issue de ces assises, plusieurs résolutions (80) ont été formulées en vue de trouver des solutions durables face à tous les problèmes qui minent le secteur de communication et des médias de la RDC.   

Parmi les résolutions importantes à court terme, la refonte de l’arrêté interministériel sur les droits, taxes, redevances dus à l’Etat qui imposait de manière exorbitante la presse.

A noter également la création d’un fonds de garantie des médias pour faciliter l’accès au crédit aux entreprises de presse. Il est là pour servir de caution en cas d’échec à rembourser un crédit contracté dans une banque commerciale pour financer un projet bancable. Le fonds de garantie sera là donc pour couvrir le défaut de paiement d’une entreprise de presse. 

Parmi les recommandations de ces états généraux de la communication et médias, figure le moratoire sur les arrestations des journalistes dans l’exercice de leurs fonctions. Les membres du comité de suivi ont fait de la dépénalisation du délit de presse l’une des questions prépondérantes. Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter