Les USA réitèrent leur appel au Rwanda de cesser tout soutien au M23

Les États-Unis d’Amérique saluent le rapport à mi-parcours du Groupe d’experts des Nations unies publié le 30 décembre 2022 lequel fait état de preuves irréfutables du soutien du Rwanda aux rebelles du M23. Dans un communiqué publié hier jeudi 5 janvier, ils réitèrent leur appel à Kigali de cesser tout soutien au M23. Les Etats-Unis disent être attachés aux efforts diplomatiques menés par l’Afrique, notamment les processus de Nairobi et de Luanda, pour promouvoir la paix dans l’est de la RDC. 

«Prenant note des preuves claires du soutien rwandais au M23 et des rapports crédibles de graves violations des droits de l’homme par le M23, nous réitérons notre appel au Rwanda pour qu’il cesse tout soutien au M23 et retire ses troupes de l’est de la RDC», souligne le Département d’Etat.    

Le M23 doit ainsi déposer les armes et se joindre aux consultations du processus de Nairobi. 

«Nous appelons tous les groupes armés, y compris le M23, à cesser toute hostilité, à déposer les armes et à se joindre aux consultations du processus de Nairobi menées par la Communauté d’Afrique de l’Est entre le gouvernement de la RDC et les groupes armés», insiste le gouvernement américain.

Celui-ci dénonce aussi la collaboration entre des éléments des FARDC et des groupes armés, dont les FDLR, telle que décrite dans le rapport des experts de l’ONU.   

Enfin, les Etats-Unis soulignent leur inquiétude face à l’escalade inquiétante de la xénophobie et des discours de haine contre la communauté rwandophone en RDC, qui ont été mis en évidence dans le rapport, et encouragent les autorités congolaises de continuer à s’exprimer pour condamner de tels discours et demander des comptes à ceux qui recourent à la violence.  

Kinshasa avait salué,  le 31 décembre, la publication, le 29 décembre 2022, du rapport du Groupe d’experts des Nations unies sur la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC. Cette publication  répondait en fait à la demande du gouvernement introduite au mois d’août 2022.  Didier KEBONGO

Déclaration au sujet du Groupe d’experts de l’ONU

Département d’État des États-Unis

Bureau du porte-parole

Le 4 janvier 2023

Communiqué de presse

Les États-Unis saluent le rapport à mi-parcours du Groupe d’experts des Nations unies publié le 30 décembre et partagent les préoccupations exprimées dans celui-ci concernant la forte augmentation de la violence, ainsi que la détérioration de la sécurité et de la situation humanitaire dans l’est de la république démocratique du Congo (RDC). Reconnaissant le leadership des chefs d’État de la Communauté d’Afrique de l’Est et de l’Angola, nous exhortons les dirigeants et les acteurs armés de la région des Grands Lacs à accélérer la mise en œuvre des multiples engagements pris pour mettre fin au conflit, en particulier ceux convenus lors du mini-sommet de Luanda sur la paix et la sécurité qui s’est tenu le 23 novembre. Nous attendons du Mouvement du 23 mars (M23), sanctionné par les Nations unies, qu’il se retire dans les lieux spécifiés dans le communiqué de Luanda du 23 novembre, et nous appelons tous les groupes armés, y compris le M23, à cesser toute hostilité, à déposer les armes et à se joindre aux consultations du processus de Nairobi menées par la Communauté d’Afrique de l’Est entre le gouvernement de la RDC et les groupes armés.

Prenant note des preuves claires du soutien rwandais au M23 et des rapports crédibles de graves violations des droits humains par le M23, nous réitérons notre appel au Rwanda pour qu’il cesse tout soutien au M23 et retire ses soldats de l’est de la RDC. De même, nous dénonçons la collaboration entre des éléments des forces armées congolaises (FARDC) et des groupes armés, dont les FDLR, comme le souligne le rapport. Nous condamnons fermement les attaques menées par de multiples groupes armés contre les Casques bleus de l’ONU, ainsi que les actes rapportés de torture, les viols et les attaques contre des civils commis par de multiples acteurs armés, qui ont contribué à des déplacements massifs au cours de la période considérée. Enfin, nous soulignons notre inquiétude face à l’escalade inquiétante de la xénophobie et des discours de haine incitant à la violence contre la communauté rwandophone en RDC, qui a été mise en évidence dans le rapport. Nous demandons instamment aux responsables de la RDC de continuer à         s’exprimer pour condamner ce type de discours et de demander des comptes à ceux qui recourent à la violence.

Les États-Unis se félicitent des recommandations du rapport et saluent les actions diplomatiques menées par l’Afrique, notamment les processus de Nairobi et de Luanda, pour promouvoir la paix.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter