Les questions sécuritaires au cœur des échanges entre la RDC, le Burundi, la RCA et le Cameroun

En marge de la 10ème session extraordinaire des travaux des ministres de la Défense et des experts sectoriels, travaux préparatoires au sommet des chefs d’Etat des pays membres de la Communauté économique des états de l’Afrique centrale (CEEAC), le ministre de la Défense nationale, Gilbert Kabanda, a échangé avec ses homologues de la République du Burundi, de la RCA et du Cameroun. Ces entretiens ont tourné autour des questions sécuritaires de ces trois pays. Occasion aussi, pour le numéro 1 de la Défense nationale d’éclairer la lanterne de ses hôtes sur la mise en œuvre de la nouvelle politique de défense de la RDC.

La série des échanges a débuté, lundi 23 janvier dernier, avec le ministre camerounais délégué à la présidence de la République du Cameroun en charge de la Défense, Joseph Bati Assomo.

A l’issue de cet entretien, ce dernier a souligné que la RDC et le Cameroun vivent une situation sécuritaire similaire. A son tour, le ministre burundais de l’Intérieur, du Développement communautaire et de la Sécurité publique, Niteretse Martin, a indiqué que l’évaluation des avancées du projet de partenariat pour la sécurisation des frontières de deux pays était au cœur de leur échange. Pour  le ministre centrafricain de la Défense, Rameau Claude Bireau, il a été question avec son homologue de la mutualisation des efforts des deux États afin de relever les défis auxquels ces deux pays sont confrontés.

Gilbert Kabanda a, pour sa part, insisté sur la mutualisation des forces armées entre les différents pays de la CEEAC. De même, pour l’installation des industries militaires dans tous ces pays selon la stratégie initiée par la RDC qui regorge suffisamment de matières premières conséquentes et très compétitives, histoire de réduire sensiblement sinon de mettre fin à la dépendance extra africaine dans ce domaine. En effet, le ministre de la Défense nationale met les bouchées doubles dans la mise en œuvre de la nouvelle politique de défense. Et ne ménage aucun effort pour sa vulgarisation. Fyfy Solange TANGAMU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter