Le salut de la nation par la justice

*(Par l’évangéliste Colin Nzolantima).

La RDC et plusieurs pays à travers le monde souffrent de l’injustice et de toutes formes de méchanceté qui se sont érigées en vertus, en normes sociétales. Ces perversions sont à la base de toutes les crises  socioéconomiques et la pauvreté de la population.

L’impunité devient manifeste dans tous les domaines de la société (confessions religieuses et organisations sociales, les activités économiques, le domaine politique).

Tous les secteurs sont infestés par cette gangrène caractérisée par l’injustice, la cupidité effrénée, et la corruption.

LES CONSEQUENCES DE MANQUE DE REPENTANCE

Dans le livre d’Esaïe 26.10 il est dit : «Si l’on fait grâce au méchant il n’apprend pas la JUSTICE, il se livre au mal dans le pays de la droiture, et il n’a point égard à la majesté de Dieu».

Plusieurs pays ont voulu accorder des amnisties générales sans la moindre repentance pour relancer les activités socioéconomiques et assurer la paix. Malheureusement, les conséquences ont été encore plus dramatiques.  Il y a eu une croissance de la criminalité et des fuites des capitaux. D’autres sont passés par les commissions «vérité et réconciliation» pour panser les blessures du passé.

LE RUISSELLEMENT DES CAPITAUX

Certaines politiques économiques ont suggéré le ruissellement des capitaux c’est-à-dire les pouvoirs publics pourvoient les capitaux aux riches afin qu’ils puissent créer et investir, afin de permettre aux classes sociales de jouir de ce transfert de capitaux. Au contraire, il y a eu encore beaucoup plus de riches et un appauvrissement accru de la population.

LA RESTAURATION DE NOS MENTALITES

Les différents systèmes religieux, économiques et politiques, ont besoin de se repentir. De changer de mentalité. 

Dans le domaine religieux, il est indispensable que ces communautés reviennent à leurs missions dévolues par Dieu qui consistent à enseigner (informer) les membres sur les intentions fondamentales de Dieu pour une société équitable et dans l’équité, de former et créer des activités sociales (les écoles, les universités, les centres de santé, l’agriculture et la transformation).

Dans le domaine économique, les opérateurs doivent chercher à résoudre les besoins fondamentaux de la communauté qui sont triples (se vêtir, se loger et se nourrir) et non satisfaire à leurs désirs.

Dans le domaine politique, la nécessité des hommes sages, intelligents et de bonne réputation devient de plus en plus récurrente. Le mensonge, la tricherie, la malhonnêteté,… bref les antivaleurs sont devenues des normes dans tous les pays. Il suffirait de voir tous les conflits post-électoraux, la mauvaise gouvernance même dans les pays de vieille tradition démocratique.

CONCLUSION

La peur de la vérité est courante. Ainsi, la méchanceté et la perversion qui couvrent certaines activités obligent les nations à classer certains dossiers confidentiels. Dieu avait inspiré Loren Cunningham dans cette phrase «Seuls les gens malhonnêtes ont peur de la vérité».

 La JUSTICE pousse une personne à travailler dans l’intégrité, la probité, l’honnêteté, la compassion, la charité, l’humilité, le consensus, la redevabilité. Cette JUSTICE rend le pays habitable,  paisible, harmonieux…. Pourrions-nous rechercher la justice dans toutes nos actions  pour restaurer la nation?

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter