Kolwezi: Sesanga insiste sur le choix du bon candidat président de la République

« Chez nous le pouvoir est pyramidal, tant que le sommet n’est pas bon, tout le reste ne marche pas. Faites un très bon choix en ce qui concerne votre candidat président de la République », a insisté le leader d’Envol.

Aux habitants de la capitale du Lualaba, venus en masse à son meeting tenu samedi 14 février à la Place de la poste, Delly Sesanga a brossé le portrait robot de l’homme qui doit présider demain à la destinée du pays :  » il doit avoir la conscience des enjeux, connaître l’histoire du pays, sa géographie, avoir l’expérience nécessaire et non venir apprendre au sommet de l’Etat », a-t-il souligné, déplorant dans la foulée le fait pour les Congolais de choisir sans tenir compte du profil de l’homme.

L’élu de Luiza emprunte au vocabulaire du football pour mieux faire comprendre la leçon à son auditoire.  » Pour jouer un match de football, dit-il, on aligne les meilleurs éléments. On ne prend pas les mauvais en se disant nous allons faire le fétiche pour gagner ».

Il exhorte ses compatriotes à « sortir de la conception fétichiste du pouvoir. Il faut juger les gens de manière objective, voir quelle est leur capacité réelle de travail. En ce moment là vous ferez un bon choix pour l’avenir du pays », conseille Delly Sesanga.

Ainsi il les appelle à se départir des « choix sentimentaux. Les élections ne sont pas un jeu, mais un acte sérieux. »

Pour le président national d’Envol, « l’homme providentiel n’existe pas. C’est un peuple qui se prend en charge autour d’un projet. Autrement on sera dans le sentiment, le tribalisme, le régionalisme, le clanisme… ».

Le leader d’Ensemble impute l’état dans lequel se trouve le pays aux mauvais choix opérés par des Congolais.
« Nous avons choisi des personnes qui n’avaient pas l’expérience nécessaire et le background pour comprendre les affaires de l’Etat et décider de bonnes actions qu’il fallait prendre », affirme Sesanga, expliquant que « faire le bon choix, c’est savoir d’où nous venons et où nous allons. »

Lors des échanges avec les intellectuels de la paroisse Notre Dame des Pauvres de Kapata, Delly Sesanga a confié qu’en 2022, la Présidence de la République a coûté plus de 400 millions, soit 900 hôpitaux de 150 lits.

Pour les élections du 20 décembre 2023, le leader d’Envol invite les Congolais à être regardants sur la tryptique : « projet-profil- expérience » et opérer le bon choix.

Mais pour changer la gouvernance du pays, Sesanga appelle les habitants de Kolwezi à s’enrôler massivement, malgré les nombreux problèmes techniques que connaissent ces opérations qui ont démarré depuis le 24 décembre dernier dans la 1ère aire.
« Nous voulons de nouveaux dirigeants pour changer la manière de diriger le pays. Et pour cela il faut aller vous enrôler. Écrire une nouvelle histoire du Congo est possible. Et ensemble nous allons le faire », a conclu Sesanga.

L’élu de Luiza a entamé samedi 14 février une tournée dénommée « Tournée de la refondation du Congo », une sensibilisation à l’offre d’Envol pour le Congo de demain.

Et pour donner plus de force à cette campagne de refondation du Congo, Delly Sesanga et l’Envol ont choisi de quitter leur zone de confort qu’est Luiza dans le Kasaï Central, pour commencer par Kolwezi, la capitale du Lualaba, là même où le mythique fleuve Congo prend ses sources. Bien lui en a pris. Car cette terre qui l’a vu naître, voici 54 ans, lui a réservé un accueillir digne du digne fils du pays qu’il est de par son combat pour le bien-être du grand nombre des Congolais.

Salué au pied l’avion par des cadres de son parti, Sesanga a été accueilli à la sortie de l’aéroport par une foule de partisans qui lui ont fait une haie d’honneur, l’obligeant de marcher à pied jusqu’à la barrière, avant de prendre place à bord de la jeep 4×4 qui était réservée pour lui. Le long du trajet, des mamans, des jeunes, chantaient et dansaient pour celui que Kinshasa appelle « Cerveau d’Etat », et que Kolwezi a baptisé « la Voix du changement » pour l’ensemble de son combat dans les travées de l’Hémicycle.

On comprend l’empressement des habitants de Kolwezi à l’écouter de vive voix à son arrivée.

De l’aéroport, Sesanga est allé directement à la Place de la Poste où l’attendait une foule compacte pour son meeting, en dépit de la pluie qui s’était abattue sur la ville une heure plus tôt.

Des messages écrits sur les banderoles et calicots souhaitant la bienvenue au leader d’Envol flottent au vent dans les rues et autres grand’places de Kolwezi, notamment le rond-point Mwengeji.

Delly Sesanga a honoré les terres sur lesquelles il a vu les jours.
Dimanche 15 février, il a prié à la paroisse Notre Dame des Pauvres à la cité de Kapata, à 15 km du centre de Kolwezi, avant de faire à la maison où était né.

Le retour aux sources lui a fait du bien. L’Envol peut prendre son envol. Le message de la refondation du Congo a été capté 5/5 par le Kolwezien lamba, au point de demander à Sesanga de se porter candidat à la présidentielle du 20 décembre prochain.
Va-t-il répondre à cette sollicitation de plus en plus croissante de ses compatriotes ? Wait ans sée, disent les Britanniques.

Depuis Kolwezi,
Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter