Moïse Moni DELLA : « la pluie dénude la ville de Kinshasa »

Dans sa livraison de ce mercredi 14 décembre, le journal Forum des As a titré: « La pluie dévoile la ville ». C’est un titre évocateur, révélateur de l’état réel et non virtuel de jadis « Poto Moyindo », « Kin la belle », d’aujourd’hui « Kin la poubelle », sinon la capitale la plus sale d’Afrique.

Honte de regarder la nudité de la capitale, après la pluie qui, en principe, devrait engendrer un beau temps. La ville de Kinshasa est aujourd’hui nue, sans robe, sans habits, sans maquillages, sans chaussures, délabrée en attendant le colmatage et le saupoudrage mais toujours dans les embouteillages.

Devant une telle hécatombe qui nécessite qu’on creuse plusieurs tombes, on ne doit pas seulement dénoncer les bombes qui tombent dans l’Est du pays.

Nous sommes tous responsables et coupables à des degrés divers. Les responsables provinciaux, municipaux et même ruraux doivent être mis au banc des accusés mais nous sommes aussi complices d’une gestion dangereuse, calamiteuse, que nous observons et tolérons par notre passivité et lâcheté.

Le juge du tribunal de l’histoire dont le jugement est sans appel et sans recours, sans corruption, risque de nous infliger une lourde peine pour non-assistance à peuple en danger.

La théorie du complot qu’on évoque chaque fois pour justifier nos insuffisances, inconsciences et incompétences nous ridiculise davantage. Les occidentaux et les voisins qui pillent nos richesses, nous empêchent-ils de curer nos caniveaux et rivières ? Ce sont eux qui nous poussent à construire n’importe où, sans normes urbanistiques ? Cette situation répugnante et récurrente que nous déplorons n’est pas une fatalité. Il y a moyen, si pas de prévenir, de contenir la situation. Plus de 140 personnes mortes suite à une pluie, c’est trop. C’est inadmissible ! Personne ne mérite cette mort atroce provoquée par un haut degré d’irresponsabilité collective. Nos frères et sœurs viennent de quitter tragiquement une terre bénie par le Seigneur mais maudite par l’humain. Ce qu’on trouve ailleurs, on le trouve en RDC, mais ce qu’on trouve en RDC, on le trouve rarement ailleurs.

La RDC étant l’un des pays les plus riches en ressources, Kinshasa sa capitale, devrait en principe refléter une image positive. Malheureusement, nous sommes face à un miroir aux alouettes.

Moïse Moni DELLA IDI

Porte-parole du peuple

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter