Le Sénat approuve l’interpellation d’Olivier Mwenze

Le Sénat a approuvé au cours de sa plénière d’hier jeudi 1er décembre, l’initiative de Denis Kambayi, portant interpellation d’Olivier Mwenze,  ministre national des  Ressources hydrauliques et Électricité. A la base de la démarche de ce sénateur, la suspension, mieux l’arrêt des travaux observé au chantier du Barrage Katende, dans la province du Kasaï central.

Denis Kambayi voudrait donc obtenir du numéro 1 des Ressources hydrauliques et Électricité, des explications sur  les raisons profondes qui motivent l’arrêt des travaux de ce barrage.

Pourquoi cet ouvrage n’avance plus, alors que le même ministre, invité dans le cadre du contrôle parlementaire au cours de la session ordinaire de mars dernier, avait promis à la même plénière du Sénat, la reprise inconditionnelle des travaux? Voilà, la question centrale qui taraude l’esprit de Denis Kambayi qui a désormais le soutien total de ses collègues sénateurs.

On rappelle que l’approbation du texte de l’interpellation du ministre Olivier Mwenze, est intervenue après  un huis-clos décrété sur cette question. A l’issue d’un débat ponctué par plusieurs interventions, la plénière a finalement dit « Oui » a l’interpellation du ministre  des Ressources hydrauliques et Électricité.

Au cours de la même séance plénière, le Sénat a voté pour une nouvelle prorogation de l’état de siège sur une partie du territoire national.

Quatre-vingt sénateurs ont pris part à cette plénière et ont voté à l’unanimité pour la reconduction de l’état de siège par ce vote, les élus des élus ont exprimé leur soutien au Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo dans sa détermination de pacifier la partie Est de la RDC

Ce même jeudi, le Sénat a voté deux propositions de lois, examinées et adoptées auparavant à l’Assemblée nationale.

Il s’agit de la proposition de loi modifiant l’Ordonnance loi portant création de la taxe de promotion de l’industrie et du projet de loi modifiant et complétant le décret portant code pénal congolais en matière de la prévention et protection de la traite des personnes.

Ces deux dernières lois n’étant pas votées en des termes identiques au niveau des deux chambres parlementaires, une Commission mixte paritaire Sénat-Assemblée nationale sera convoquée, avant d’aplanir les divergences apparues et, in fine, envoyer les deux textes au Chef de l’Etat pour promulgation. Grevisse KABREL

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter