Gécoco : « Ni moi ni Ngobila n’avions été consultés »

Le vice-gouverneur de la ville de Kinshasa, Gérard Mulumba s’insurge contre la procédure de nomination des bourgmestres des communes. Dans une interview diffusée sur les réseaux sociaux, le numéro 2 de la capitale RD congolaise a déploré avec énergie le manque de consensus quant à la mise en place de ces nouveaux animateurs des communes.  » C’est regrettable que les choses se passent de cette manière. Le ministère de l’intérieur qui est notre ministère de tutelle, ne nous a pas consultés, le gouverneur et moi, pour ces nominations. Nous n’étions pas conviés à ces réunions. Or, selon la procédure c’est vers nous qu’il devait se tourner pour avoir nos avis. C’est ce qui se passe sous d’autres cieux« .

Pour Gérard Mulumba, Gecoco pour les intimes, cette façon d’agir, régresse le pays en lieu et place de le faire avancer.  » Ces méthodes décriées sous l’ancien régime ne devraient plus se répéter. Le Chef de l’Etat a été induit en erreur dans ces nominations. Des personnes malveillantes lui ont fait croire que le gouverneur et moi avons été consultés, ce qui n’est pas le cas. Ce que les prédécesseurs de Fatshi n’ont pas réussi à accomplir, lui avec toute la volonté qui l’anime peut réussir mais il y a des gens dans son entourage qui ne l’aident pas pour atteindre cet objectif« , a-t-il déploré.

Le vice-gouverneur reconnait cependant qu’un remaniement devait se faire au niveau des bourgmestres, «  j’ai eu à le dire haut et fort que 90% des bourgmestres devaient partir et d’autres devaient garder leurs postes car ils travaillaient « . Parmi ceux qui devaient rester il a cité entre autres les bourgmestres de Kalamu, de Lemba, de Limete, de la Gombe, de Mont-Ngafula et de Kinshasa.

Pour rappel, le 26 novembre dernier,  Le Chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi a nommé de nouveaux bourgmestres des communes et leurs adjoints  dans toutes les provinces de la République, aux termes d’une série d’ordonnances lues  sur les antennes de la Radiotélévision nationale congolaise.

Par ailleurs, les  maires nommés dans les villes des provinces  sous état de siège, n’entreront en fonction qu’à la levée de ce régime d’exception, notamment les villes de Goma, Beni, Butembo et Bunia respectivement dans les provinces du Nord-Kivu et de l’Ituri. Fyfy Solange TANGAMU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter