Anafek: Kinshasa jette son dévolu sur Félix Tshisekedi pour la Présidentielle de 2023

L’Alliance nationale des fédéralistes kyunguistes (Anafek)/Kinshasa opte pour la candidature de Félix Tshisekedi lors de la Présidentielle de 2023. C’est l’une des résolutions prises au cours de l’Assemblée tenue, le samedi 17 décembre dans la capitale congolaise.

L’inter fédération de l’Anafek/Kinshasa n’a pas attendu les derniers instants pour se mettre au diapason des joutes électorales à venir. Ce parti, fidèle aux idéaux de Gabriel Kyungu Wa Kumwanza décédé le 22 août 2021, a fait savoir que cette position prise par sa branche à Kinshasa sera présentée et débattue aux travaux du Comité du parti prévus pour le mois de janvier 2023.

Pour les prochains scrutins, l’inter fédération de l’Anafek ne compte pas faire cavalier seul. Godefroid Muamba, le 1er vice-président, a indiqué que des alliances seront tissées au sein de la plateforme présidentielle l’Union sacrée de la nation (USN). Pour ce cadre de  l’Anafek, ces alliances se feront dans le but  d’avoir plusieurs députés et offrir au chef de l’État une majorité écrasante pour son second mandat.

Outre la résolution de choisir Félix Tshisekedi comme son candidat en 2023, l’inter fédération de l’Anafek, a également pensé aux élections municipales et principales. « Nous allons participer à des plateformes qui seront constituées par des partis politiques membres de l’Union sacrée« , a dit Godefroi Muamba.

Concrètement, le 1er vice-président de l’inter fédération de cette organisation politique souhaite qu’à l’issue de l’année 2023 consacrée aux élections générales en RDC que l’Union sacrée dispose de la majorité d’élus du peuple et parmi lesquels les députés du parti kyunguiste.

FAVORABLE À LA FORMATION DES ETUDIANTS À L’ARMÉE

Les questions d’actualité n’ont pas échappé aux assises de l’Assemblée. A ce sujet, Godefroid Muamba a laissé entendre que la RDC connaît un complot mené par les pays de l’Occident qui veulent à tout prix balkaniser le pays.

D’où son soutien aux mesures prises par le ministre de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU) en rapport avec la formation et l’initiation à l’armée.

Le ministre Muhindo Nzangi, rappelle-t-on, a annoncé le 25 novembre dernier, le début de la formation militaire pour tous les étudiants de licence de l’année académique 2022-2023 sur toute l’étendue de la RDC. Il a expliqué que cette nouvelle politique de défense du territoire a été réfléchie par le gouvernement congolais.

« Nous demandons à ce qu’on puisse instituer le service militaire dans notre pays pour que notre jeunesse puisse elle-même se défendre« , a souhaité le 1er vice-président de l’ANAFEK/Kinshasa catégoriquement opposé à la guerre dans l’Est de la RDC imposée par le Rwanda.

Sur un autre registre, Godefroid Muamba et les membres de cette alliance kyungiste envisagent le départ de la RDC de l’Organisation internationale de la francophonie (OIF).

« Nous avons aussi demandé au Chef de l’État et au Gouvernement qu’ils puissent sortir notre pays de la Francophonie pour que nous puissions tailler nous-mêmes notre chemin afin d’assurer le destin de la RDC« , a affirmé Godefroid Muamba. Rachidi MABANDU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter