2022 : bilan satisfaisant pour la DGSN

Comme à l’accoutumée, à la fin du mois de décembre, la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dresse son bilan annuel. Une année marquée par la mise en œuvre du programme périodique de la Stratégie de sécurité 2022-2026. Dans son rapport 2022, l’institution dirigée par Abdellatif Hammouchi liste les réalisations et livre les indicateurs relatifs à la sûreté et à la sécurité publiques. Points saillants.

Le long rapport rendu public par la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) permet aux différents services de la Sûreté nationale de présenter leur bilan annuel, tous domaines et secteurs confondus. En plus des services rendus aux citoyens, le rapport fait le point sur les mécanismes de gestion du parcours professionnel du policier. Il se penche aussi sur la présentation des projets portant sur la sécurité et l’ordre public pour l’année prochaine. Le document se décline en quatre grands axes :

·      Développement et amélioration des services publics ;

·      Lutte contre la criminalité et renforcement du sentiment de sécurité ;

·      Communication, un mécanisme d’ouverture et de renforcement de la police de proximité ;

·      Gestion de la vie professionnelle des fonctionnaires de police.

Le virage numérique

En 2022, la DGSN a accéléré le rythme de délivrance de la nouvelle génération de Carte nationale d’identité électronique (CNIE). Un total de 4.314.893 cartes ont été émises. 455.981 cartes ont été délivrées aux membres de la communauté marocaine résidant à l’étranger et 38.813 certificats de séjour pour les étrangers ont été produits.

De plus, l’identification en ligne est désormais possible à travers la plateforme « Tiers de confiance national » et l’espace « identité numérique » développé par la DGSN. Pour ce faire, l’application d’information « Mon identité numérique » a été placée sur stores et un portail numérique dédié a été lancé (www. identitenumerique.ma).

Le monde rural n’est pas en reste. Pour faciliter l’obtention de la CNIE, 27 unités mobiles ont sillonné les douars des régions géographiquement éloignées et des zones montagneuses à Tinghir, Zagora, Al Hoceima, Ouarzazate, Al Haouz et Errachidia. Le nombre total des bénéficiaires de ce service mobile a atteint 164.978 personnes.

Plus de proximité pour plus de sécurité

La DGSN a créé en 2022 un total de 36 nouvelles structures de sécurité. Il s’agit de quatre arrondissements de police dans les villes de Tétouan, Tanger et Agadir, ce qui a permis d’intensifier la présence sécuritaire et de rapprocher les services de police dans ces villes. À Casablanca, un «Poste central de commandement et de coordination» chargé de la fluidité du transport et de la circulation a été inauguré. L’institution dirigée par Abdellatif Hammouchi a aussi créé de nouvelles brigades antigang (BAG) dans toutes les régions du Royaume. Tout ceci a conduit à une baisse des indicateurs des crimes violents et à l’augmentation du taux de répression. Il faut dire que l’année qui s’achève a été celle du lancement du programme périodique de la Stratégie de sécurité 2022-2026. Les indicateurs ne trompent pas. Un recul notable du nombre des affaires répressives est constaté (-30,22%) alors que les statistiques de la criminalité violente n’a pas dépassé le seuil de 6,59%. Quant au taux de résolution des crimes commis, il a continué à enregistrer des niveaux record pour la sixième année consécutive, se situant à 94,43% du total des affaires enregistrées et à 85,34% des crimes violents. En termes de statistiques par genre de crimes commis, elles ressortent comme suit :

·      Drogues et psychotropes :  92.713 affaires, 120.725 individus arrêtés, 98.543 tonnes de hachich saisies (-49%), 190,178 kg de cocaïne détruits (-87%), et de 2,821 kg d’héroïne saisis (-5%), 2.668.473 comprimés psychotropes confisqués (+85%) ;

·      Crimes de cyberextorsion : 5.623 affaires (+5%), 3.935 contenus criminels, 752 mandats pour l’identification des mis en cause, 1.617 personnes interpellées et déférées devant la justice ;

·      Sextorsion : 417 affaires (-17%), 237 personnes impliquées, 428 victimes ;

·      Migration clandestine : 32.733 candidats arrêtés dont 28.146 étrangers, 92 réseaux démantelés, 566 organisateurs et intermédiaires interpelés (+36%); 415 organisateurs de l’immigration illégale arrêtés, 832 faux documents confisqués, 193 embarcations et 156 moteurs marins saisis;

·      Crimes financiers et économiques : 453 affaires de corruption, de trafic d’influence, de fraude et de dilapidation des deniers publics et de chantage traitées (+17%), 595 mis en cause soumis à l’enquête ;

·      Crimes de faux monnayage, d’usage frauduleux des moyens de paiement et de trafic de devises : 27 affaires relatives au trafic de devises (+17%), 53.449 affaires portant sur des infractions à la législation régissant les chèques (+17%), 184 affaires de fraude et de fraude aux moyens de paiement et 208 autres relatives à la falsification de monnaies et de devises ;

·      Lutte contre le terrorisme, l’extrémisme et l’apologie des actes terroristes : 20 individus déférés par la Brigade nationale de la police judiciaire (BNPJ) devant le parquet compétent (-23%), sans compter les cellules terroristes démantelées par le Bureau central d’investigations judiciaires (BCIJ) relevant de la Direction générale de la surveillance du territoire (DGST).

Les routes toujours aussi insécures dans le périmètre urbain

L’année 2022 a enregistré 79.044 accidents physiques de la circulation dans le périmètre urbain, contre 77.959 accidents similaires au cours de la même période de l’année 2021, soit un léger taux d’augmentation de 1,40%. 818 personnes ont perdu la vie dans les accidents à l’intérieur des villes et qui ont fait par ailleurs 4.010 blessés graves et 102.705 blessés légers. Pourtant, la DGSN a renforcé les mesures de contrôle routier avec l’intensification des patrouilles de la police de la circulation et le renforcement des brigades mobiles de la circulation routière. D’ailleurs, cette présence renforcée a permis d’établir 362.158 procès-verbaux d’infractions au code de la route et de la circulation (+16%). Aussi, le nombre des Amendes transactionnelles et forfaitaires (ATF) imposées durant l’année en cours a enregistré une augmentation de l’ordre de 8,5%, passant ainsi de 1.553.994 ATF durant l’année dernière à 1.686.562 infractions en 2022. La DGSN a également renforcé son partenariat institutionnel avec l’Agence nationale de la sécurité routière (NARSA). Ce partenariat institutionnel a permis de doter les brigades mobiles de circulation routière d’équipements logistiques et de contrôle routier, avec la remise, durant l’année en cours, de 130 motos de grands et moyens cylindres et de 13 véhicules légers pour le contrôle routier.

Enfin, la DGSN a multiplié les partenariats avec les polices du monde entier. On a d’ailleurs vu l’efficacité des hommes de Abdellatif Hammouchi dans la sécurisation de la Coupe du monde organisée au Qatar. La DGSN travaille étroitement avec Interpol et les services sécuritaires des pays amis comme l’Espagne, les USA ou encore les Émirats arabes unis. L’institution sécuritaire a aussi amélioré ces process de recrutement et de formation et hisser la bonne gouvernance en tant que référence dans la gestion de ses différents services.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter