Unikin: Les professeurs suspendent la grève et fixent un moratoire de trois mois

* D’après l’APUKIN, ce sursis vise à permettre au Gouvernement d’exécuter ses engagements.

L’Association de professeurs de l’université de Kinshasa (APUKIN) suspend la grève décrétée depuis le 20 juillet dernier et fixe un moratoire de trois mois pour permettre au Gouvernement d’exécuter ses engagements. Cette décision a été prise hier mardi 15 novembre 2022 à l’issue d’une assemblée générale extraordinaire convoquée  afin d’évaluer le niveau d’exécution de l’accord de Bibwa.

Par ailleurs, l’Apukin se dit satisfaite de l’évolution positive des démarches et encourage en même temps son comité exécutif à poursuivre les discussions avec le Gouvernement jusqu’à la satisfaction totale de ses revendications. Il s’agit, entre autres, de la récupération du pouvoir d’achat, de la distribution des véhicules jusqu’au dernier bénéficiaire…

« Les professeurs ont décidé de suspendre la grève avec moratoire jusqu’au 31 janvier 2023 afin de permettre au Gouvernement d’exécuter de bonne foi tous ses engagements« , peut-on lire dans un communiqué conjointement signé par Charles Odiko et David Lubo respectivement secrétaire rapporteur et président de l’Apukin.

Bien avant la levée de la grève, l’Apukin a lancé un cri d’alarme au Président de la République, aux deux chambres du Parlement et au Premier ministre pour vite trouver la solution aux desiderata des professeurs afin de sauver cette année académique. Dans une déclaration faite le mercredi 12 octobre à la presse, le président de l’Apukin a estimé que le Gouvernement dispose encore de 48 heures pour tenter de sauver cette année académique.

En effet, une assemblée générale des professeurs était prévue afin de décider de la levée ou de la poursuite de cette grève.

Le président de l’Apukin, David Lubo, a fait état de « la tension qui prévaut dans le milieu estudiantin » à la suite du risque d’une année blanche à l’Unikin. Il a estimé que le Gouvernement devra réagir vite aux desiderata des professeurs, car toutes les dispositions sont déjà prises pour que les professeurs travaillent au rythme accéléré afin de rattraper le temps perdu.   Rachidi MABANDU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter