Seok-Wha Hong : «La Koica est disposée à renforcer les compétences des cadres congolais dans la gestion des médias publics»

C’est avec un brin de sourire que M. Seok-Wha Hong, le Vice-président de la Koica (Agence coréenne de la coopération internationale) en charge de l’Afrique centrale, australe et de l’Est, a ouvert la formation des professionnels de médias congolais le lundi 7 novembre à Séoul. Fier d’accueillir la toute première délégation étrangère à fouler le sol coréen pour un atelier en présentiel, après les deux années de l’ère covid, il est encore plus illuminé lorsqu’il réalise que ces acteurs des médias africains vont se rendre, ce mercredi, à la splendide ville touristique de Busan, candidate à l’Exposition Universelle de 2030.

«Nous sommes heureux de pouvoir accueillir à nouveau la formation d’une délégation extérieure chez nous en Corée. C’est, en effet, depuis 2020 que nous avons dû interrompre ces types de formations suite à la propagation du coronavirus qui nous a contraints à dispenser la plupart de nos formations en ligne», déclare, tout ému, M. Seok-Wha Hong, s’adressant à ses hôtes africains.

 «Voici deux ans, en fait, que nous luttons contre cette épidémie. Maintenant que la pandémie recule peu à peu, c’est avec un grand plaisir que nous reprenons nos activités en présentiel. Vous êtes donc la toute première délégation d’un de pays partenaires que la Koica accueille en Corée pour cet atelier sur le rôle des médias publics et la responsabilité de la presse», fait-il remarquer à son audience.

«VauT mieux prévenir que guérir»

«Au plus fort de la pandémie de covid qui s’est déclenchée en 2019, nous avons assisté à la propagation de fausses nouvelles sur cette maladie et sur les vaccins à administrer. Ces fausses nouvelles ont même été diffusées sur les réseaux sociaux, augmentant ainsi la confusion sociale. Cependant, beaucoup de journalistes se sont mobilisés pour défendre leur déontologie et promouvoir le droit à l’information des populations de quatre coins du monde», se plait-il à souligner.

S’inspirant d’un proverbe coréen analogue au dicton «Vaut mieux prévenir que guérir», Seok-Wha Hong estime avoir tiré les leçons du coronavirus pour ne plus laisser perpétuer les erreurs du passé. «Nous avons, dit-il, tous été blessés par la pandémie de 2019. Mais, cela nous a permis d’être plus prudents à l’avenir face aux fausses nouvelles. Nous avons, dès lors, réfléchi un peu plus sur le rôle des médias publics ainsi que sur la responsabilité du Gouvernement et de la presse. Aujourd’hui, est venu le moment de rétablir la solidarité et la confiance qui ont été sapées par la pandémie. Occasion aussi de retrouver l’impartialité et le respect public des médias».

Le Vice-président de la Koica en charge de l’Afrique centrale, australe et de l’Est s’appesantit sur l’opportunité du présent atelier qui vise à baliser les voies du partenariat entre Kinshasa et Séoul. Seok-Wha Hong exhorte, dès lors, les participants à la formation à approfondir leurs réflexions sur le rôle du Gouvernement et de la presse, afin de promouvoir le droit à l’information publique et contribuer à une société saine à travers le contenu des médias. Des atouts qui, selon lui, permettront à la population congolaise de faire confiance à la presse.

A la découverte de Busan ce mercredi

Loin de rester magistrale, la formation va intégrer des activités relaxantes. Des visites guidées sont ainsi prévues pour assaisonner régulièrement les journées des délégués du Gouvernement congolais et des représentants de la presse. C’est dans cette optique que la délégation congolaise se rend ce mercredi 9 novembre à Busan, la deuxième ville du pays, candidate à l’Exposition Universelle de 2030.

«Busan, précise Seok-Wha Hong, c’est la plus grande ville maritime de Corée. C’est le centre logistique de l’Asie du Nord-Est. Busan est une véritable ville internationale touristique. C’est au regard de ses atouts qu’elle est proposée pour abriter l’Exposition Universelle de 2030 qui a pour thème : ‘‘Transformer notre monde, la vider vers un avenir meilleur’’. Et ce thème est subdivisé en sous-thèmes : la vie durable avec la nature, les technologies pour l’homme, les soins et le partage’’».

«J’espère que votre visite à Busan sera l’occasion de réfléchir encore une fois sur le rôle des médias et des gouvernements à propos de différents enjeux qu’entraineront la procession de l’humanité après le changement climatique et la transformation numérique, note Seok-Wha Hong. J’espère aussi que ce sera l’occasion, pour vous, d’admirer la magnifique nature qui se profile à travers la mer devant la ville de Busan. Egalement l’occasion de vous rendre compte de l’engouement des citoyens de Busan pour accueillir l’Exposition Universelle de 2030».

«Je tiens donc à manifester toute ma gratitude à l’égard du président du CSAC, du Secrétaire général du ministère de la Communication et Presse, et des participants pour avoir accepté notre invitation en vue d’embarquer dans notre navire pour un avenir meilleur. Je suis d’avis que cet atelier qu’organise la Koica permettra de renforcer vos compétences dans la gestion des médias publics. Aussi de tisser des liens beaucoup plus étroits entre la RDC et la République de Corée», conclut Seok-Wha Hong, en souhaitant un heureux séjour à ses hôtes. Yves KALIKAT

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter