Mimie Engumba Mulongo : Zoom sur une femme battante et indépendante au CSAC

Mardi 15 novembre 2022, par ordonnance présidentielle, les nouveaux membres du Conseil supérieur de l’audiovisuel et de la communication( CSAC) sont nommés. Dans le lot figure l’ancienne journaliste de la Radio Okapi et patronne du media en ligne Depeche.cd, Mimie Engumba Mulongo, une chevalière de la plume et du micro faisant la fierté de la presse nationale. Ce choix judicieux est salué par une large majorité de sa corporation professionnelle.

En effet, ceux qui la connaissent bien, entre autres, ses amis, ses condisciples, ses collègues, ses frères et sœurs, et même certains proches de sa famille biologique, s’accordent à souligner que Mimie Engumba est aujourd’hui une icône dans le monde des médias.

Le Directeur Général de Congoprofond.net, Tchèques Bukasa, estime que : «  Le nom de Mimie Engumba dans la sphère médiatique congolaise pèse lourd et représente la compétence, la notoriété et l’expérience. Difficile de ne pas se souvenir de la question posée, par elle, à l’ancien président Joseph Kabila lors du 14ème Sommet de la Francophonie de Kinshasa, en 2012, car la réponse largement relayée par des médias nationaux et internationaux avait fait la Une: « Je ne suis pas complexé…Vous devez savoir que je ne suis pas complexé!« 

De son côté, Rémy Djoko Losele, un proche de la famille Engumba, révèle qu’il a connu Mimie Engumba en tant qu’élève et déjà à l’époque,  » elle dégageait un charisme sans égal et avait démontré ses capacités à gérer les ressources mises à sa disposition « .

Joint au téléphone, le week-end dernier, Gina Engumba Ntela, son frère aîné, a témoigné l’intelligence vive de sa soeur ainsi que ses qualités de battante et d’indépendante.  » Sa montée en flèche est le fruit d’un parcours marqué d’abnégation et d’assiduité au travail. Je pense qu’elle mérite la confiance de tous parce qu’elle dispose d’un grand potentiel pouvant lui permettre de rendre de bons et loyaux services à la nation » , a-t-il appuyé.

Fille du docteur Engumba Ntela Yoka, ancien médecin directeur de l’hôpital général de Makala ( Ex-Sanatorium) et de maman Fari Bebiulu Adolphine, Mimie Engumba est mariée et mère de trois enfants.

Parcours scolaire et universitaire

C’est en 1995 qu’elle avait obtenu son diplôme d’État en Latin-Philo, à l’âge de 17 ans, au Lycée Luila dans la province du Kongo Central, une école conventionnée catholique gérée par les Soeurs de Sainte Marie de Kisantu (SSMK)..

Elle va par la suite entamer des études supérieures en journalisme, à l’Institut facultaire des sciences de l’information et la communication. C’est donc en 2002 qu’elle va décrocher son diplôme de licence qui fait d’elle ce qu’elle est aujourd’hui.

Expérience professionnelle dans le domaine médiatique

Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années, dit-on. Alors qu’elle n’était encore qu’étudiante, Mimie Engumba commençait à se signaler très fortement dans les médias. Elle a fait ses premiers pas au sein de la Radio communautaire Réveil FM, avant de s’engager à la Radio Okapi où elle était connue du grand public, laissant des traces indélébiles à travers le magazine  » Maïsha bora « .

Après son passage à la radio onusienne et une transition dans le monde politique, la journaliste a fini par créer son propre media en ligne indépendant d’informations générales, Depeche.cd.

Au sein  de la Radio Okapi, Mimie Engumba a démontré ses qualités professionnelles et humaines.

Joint par nos confrères d’Okapinews.net, Pelé Kipela Mondo, Rédacteur en chef adjoint de la Radio Okapi souligne que Mimie Engumba a été à la hauteur de ses tâches.

« Mimie Engumba Mulongo, je garde d’elle un bon souvenir. Je l’ai rejointe à Radio Okapi parce qu’elle était là avant moi et pendant tous les temps qu’elle a passé à cette radio, je reconnais d’elle des qualités professionnelles et humaines. Sur le plan professionnel, c’est quelqu’un qui est polyvalent, elle a travaillé à la présentation des journaux en français et en Lingala. Elle a fait des reportages, des dossiers,… Elle a même effectué des missions en tant que journaliste de radio-reporter ou envoyée sociale si vous voulez et elle est restée très professionnelle. Je ne me souviens pas pendant tous les temps qu’on a travaillé avec elle, la voir refuser une tâche ou à la faire négligemment. Elle savait faire la part des choses. Quand c’est le travail, elle s’y mettait. Elle a ajouté de la qualité dans tout ce qu’elle faisait« , a-t-il témoigné.

Pour ce haut responsable de la Radio Okapi, Mimie Engumba est une personne qui aime son métier.

La preuve est là, a-t-il dit, elle continue dans le même secteur, elle se fait un nom dans la presse avec Depeche.cd. Aujourd’hui elle est au CSAC. Elle continue donc son bonhomme de chemin. Bref, à Okapi, c’est une bonne journaliste qu’on a eue.

« Sur le plan humain, c’est quelqu’un qui sait entretenir des bonnes relations. Mimie Engumba, c’est une femme de coeur. C’est quelqu’un facile à vivre. C’est ce qui a fait que je l’adopte comme ma fille. Quand j’ai appris la nouvelle de sa désignation, je l’ai tout de suite appelée et j’ai prononcé une parole de bénédiction sur elle. Est-ce qu’il faut dire que c’est un aboutissement ? Je dirais non, c’est un cheminement normal pour une femme battante. Et demain je ne serais pas surpris d’apprendre que Mimie Engumba est devenue Ministre. Pour moi, c’est une femme qui sait ce qu’elle veut, une femme humble, elle demande toujours conseils« , a témoigné Pelé Kipela sur les qualités de ce membre du CSAC.

Mimie Engumba, un pont générationnel au CSAC…

Pour Pelé Kipela Mondo, au sein du CSAC, Mimie Engumba va apporter quelque chose de bien.

Il pense même que cette ancienne de la radio Okapi sera un pont entre les aînés et les jeunes qui viennent d’arriver.

« Elle a une vision, elle va y aller. Il y a un adage qui dit si vieillesse pouvait, si jeunesse savait. La vieillesse, c’est la connaissance, mais elle n’a pas la force. La jeunesse, c’est la force, mais elle n’a pas la sagesse, je crois qu’elle fait une mixture entre les deux. Les jeunes ne peuvent pas dire qu’ils vont jeter tous les vieux dans l’eau, parce qu’elle risque d’être buter à certaines situations qu’elle ne saura pas contrôler, ils ont besoin de la sagesse. Les vieux aussi ne peuvent pas dire qu’ils ont  beaucoup de sagesse, qu’ils ne veulent  pas de jeunes, il y aura des moments où ils auront besoin de la force. Les deux doivent accepter de faire un bon mélange« , a-t-il conseillé

Et de poursuivre : « je crois que Mimie pourra servir de pont, de conseillère si vous voulez, si les autres estiment que c’est elle qui doit prendre le bâton de pélerin en tant que présidente de cette institution pourquoi pas. En termes de conseillère, elle va apporter quelque chose de bon« .

Engagement politique

Embrassant la carrière politique en 2016, elle fut nommée ministre provincial chargé du Genre, de la Famille et porte-parole du gouvernement de sa province d’origine, l’Equateur démembré, à l’époque du gouverneur Tony Cassius Bolamba.

Quelques mois plus tard, elle démissionne de son poste et va poursuivre sa carrière politique en tant que Conseillère en communication dans plusieurs cabinets ministériels.

Avant d’être nommée membre du CSAC, cette ancienne lycéenne de Luila, était conseillère en communication au ministère d’Etat de l’Aménagement du territoire, piloté par Guy Loando Mboyo.

OKAPINEWS.NET & CONGOPROFOND.NET

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort