La participation du Maroc au sommet arabe, un succès diplomatique

L’absence des chefs des États arabes, les violations protocolaires, les malentendus… le sommet arabe s’annonce bien pour une Algérie qui souhaitait atteindre son objectif de réconciliation ces 1er et 2 novembre. C’est d’ailleurs le résultat du non-respect de la charte et de l’intégrité territoriale des pays membres.

« Quand on parle des préparatifs du sommet de la ligue arabe qui devrait se tenir à Alger à partir de demain, on parle de trois phases. La première est la phase préparatoire qu’on peut appeler la phase A. Il s’agit de la réunion des délégués permanents et de la réunion des ministres des Affaires étrangères. Il était question de s’entendre sur l’ordre du jour des travaux du sommet. Finalement, 19 points ont été traités incluant les questions liées aux crises dans plusieurs pays arabes, dont la Libye, la Syrie, la question palestinienne ainsi que d’autres sujets dont certains n’ont pas eu de consensus comme la question de la réforme de la ligue arabe« , explique Zakaria Aboueddahab, professeur de relations internationales à l’Université Mohammed V de Rabat, à Hespress FR.

« Toujours dans cette première phase, il faut dire que par maladresse une chaîne algérienne avait montré la carte du Maroc amputé, mais qui a été recadrée. La délégation marocaine a vivement protesté auprès du président de la séance et les choses ont été corrigées rapidement grâce à la vigilance de cette délégation et également l’intervention du secrétariat général de la ligue arabe qui a indiqué par la suite que la ligue n’a aucun lien avec cette chaîne et que la carte utilisée dans le monde arabe est une carte sans frontières pour souligner l’unité arabe« , poursuit-il.

Quant à la deuxième phase, le Pr Aboueddahab précise qu’elle « concerne le déroulement du sommet le 1er et le 2 novembre. Ce qui est déjà remarquable est que plusieurs chefs d’États arabes ont déclaré qu’ils ne participeront pas à titre personnel et donc vont être représentés par leurs ministres. Il y’a une sorte de record noté de la part des pays arabes du golfe, l’Arabie Saoudite, Bahreïn, le Koweït, le Sultanat d’Oman. Il y’a une ambiance plus ou moins un peu morose, un peu routinière. Nous sommes en déphasage à l’ambition d’Alger de faire de ce sommet, le sommet de la réconciliation. Nous sommes loin de cette démarche d’autant plus que l’Algérie voulait que le sommet corresponde au premier novembre, la date du déclenchement de la révolution algérienne en 1954« .

« Le troisième niveau à mon avis, c’est le post-sommet arabe et la grande question en ce sens, on va dire qu’elle est double. Premièrement de façon anthologique, est-ce qu’on va garder la même ligue arabe telle qu’elle a été constituée en 1945 ou il faudra la refondre complètement pour qu’elle cadre mieux avec les aspirations et les réalités des populations arabes. Deuxièmement, il s’agit d’une question de procédure, il faudrait à un moment donné repenser la charte, pas seulement les objectifs ou la substance, mais également les méthodes de prise de décisions et la question du respect de l’intégrité territoriale des pays« , ajoute-t-il.

Selon l’expert, « pour que le sommet puisse au moins inviter d’autres à s’y intéresser, il faudra engager un débat sérieux au sujet de la réforme de la ligue arabe afin de permettre notamment aux jeunes, qui est un élément très important, de se l’approprier. Il faudrait se prononcer sur l’avenir? ».

Commentant sur les violations subies par la délégation marocaine lors de leur arrivée, Pr Aboueddahab souligne que « le fait que le Maroc participe à ce sommet et impose son point de vue, c’est un gain diplomatique important qu’il faudra noter. C’est à l’intérieur de la ligue arabe qu’il faudrait combattre les prétendances séparatistes et exclusives, justement en utilisant l’arme même de la charte. Il ne faut pas s’attendre à un changement substantiel de la position d’Alger, mais il faut tabler sur le temps et d’autres facteurs à long terme pour défendre notre position ferme relative à la défense de notre intégrité territoriale« . fr.hespress.com

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter