Union sacrée : la Tshuapa en ordre de bataille pour un deuxième mandat à Fatshi

Un Comité de l’Union sacrée de la Tshuapa voit le jour à Kinshasa. La coordination est confiée au ministre honoraire de l’EPST, Willy Bakonga. En appui à cette structure, un conseil de sages est créé et sera présidé par Jean-Bertrand Ewanga, un fidèle soutien de Fatshi.

L’objectif, a expliqué le coordonnateur Willy Bakonga au cours de la présentation dudit comité, le 22 octobre à Kinshasa, est d’amener les fils et filles de la Tshuapa à faire bloc derrière le Président de la République, Félix Tshisekedi, afin que celui-ci gagne haut la main les élections de 2023.

Dans son speech, Willy Bakonga a loué toute la peine que le Chef de l’Etat se donne pour un Congo fort et uni. Pour cette raison et bien d’autres, notamment les grands chantiers ouverts dans divers secteurs dans la province, le coordonnateur  de l’Union sacrée va s’employer à mobiliser sa province et ses habitants pour faire triompher la vision du Chef de l’Etat.

« Nous n’avons qu’une alternative. Gagner, soit on gagne« , a lancé Willy Bakonga, frénétiquement applaudi par l’assistance. Et d’ajouter: « Mais avant, nous devons préparer tous et de la meilleure façon, l’arrivée imminente du Président de la République dans l’espace Grand Equateur, en général et dans la province de la Tshuapa en particulier. Cet événement doit être minutieusement préparé sous le leadership de notre grand leader, le sénateur Jean-Pierre Bemba« , a-t-il annoncé.

A l’occasion, Willy Bakonga a fait savoir que la coordination de l’Union sacrée/Tshuapa est ouverte à tous dans le but de fédérer les énergies pour soutenir le Président de la République non seulement dans ses actions mais aussi pour le faire élire en 2023.

Le président du Conseil de sages, Jean-Bertrand Ewanga, en introduction de la cérémonie de présentation du comité, a fait savoir que la province de la Tshuapa doit soutenir l’élection à 100% du Chef de l’Etat. Il a salué le Projet de développements à la base des 145 territoires qui vise à rendre viable le pays profond. Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter