Un Centre sportif de Judo pour un rapprochement entre la police et les civils

La coopération entre la République démocratique du Congo et le Japon qui date de l’indépendance du Congo vise à améliorer les conditions de vie des Congolais. C’est ce qui explique les multiples dons non-remboursables du  gouvernement nippon au peuple congolais dans les différents domaines,  à savoir :  la santé, la formation professionnelle, l’éducation l’environnement ainsi que d’autres secteurs de la vie.

Lors d’une descente sur le terrain,  quelques journalistes de Kinshasa ont visité les différents projets réalisés dans le cadre de cette coopération. 

Construction d’un Centre sportif de Judo

Le Gouvernement japonais construit un Centre sportif de Judo à Kinshasa dans l’enceinte du Commissariat général de la Police nationale congolaise (PNC) de plus ou moins 800 places assisses. Selon le commissaire divisionnaire adjoint en charge du social, les travaux sont exécutés à 80 %.  » Les ingénieurs pourront nous remettre les clés dans deux mois. Car, le Centre est retenu comme l’un des sites des IX èmes Jeux Olympiques de 2023« , a confié le commissaire Nzila.  En dehors du Judo, poursuit le responsable du social de la PNC, il y aura le volley-ball, basket-ball, la boxe, le sport de combat et une salle de fitness.

Pour lui, l’objectif de ce Centre sportif est d’améliorer les relations entre la police et les civils afin de faire tomber le mur qui existe entre les deux catégories.

La part du gouvernement dans la construction de ce Centre sportif, a-t-il précisé,  est la construction d’un parking moderne de plus de 300 véhicules à l’intérieur comme à l’extérieur, la prise en charge des factures de l’eau et de l’électricité ainsi que la maintenance de ce cadeau fait à la population congolaise.

S’agissant des acquis de cette coopération,  le commissaire Nzila a expliqué que depuis plus de deux décennies, le Japon reste le partenaire privilégié de la police nationale congolaise. Dans le cadre du brassage après la mise en place de la PNC en 1997, il y avait nécessité de former les nouvelles unités. Pour avoir du durable, il fallait construire des écoles. A ce sujet, l’apport du  gouvernement de l’Empire du soleil levant était salué. Trois écoles de  police étaient  construictes et équipées. Il s’agit des  centres de formation  à Kasangulu, Kapalata et Kasapa, a-t-il fait remarquer.

A cela, il faut ajouter la professionnalisation de cette unité  pour la mise en place d’une police de proximité, la formation d’autres unités ainsi que la construction de sous-commissariats, a ajouté le commissaire Nzila.

Il s’est dit heureux de travailler avec le Japon qui a permis aux policiers congolais de travailler son physique à travers le sport dans plusieurs disciplines.    Mathy Musau

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter