La Dysoc annonce la candidature de Lisanga Bonganga

* Cette plateforme décrie toutefois l’acharnement dont est victime son initiateur.

A la Dynamique pour une sortie de crise (DYSOC), on se mobilise pour défendre le Coordonnateur national, Jean-Pierre Lisanga Bonganga, traqué pour « offense au Chef de l’Etat ». Une menace brandie depuis que des échos de plus en plus persistants annoncent la candidature du président de Convention chrétienne pour la Démocratie (CCD) à la magistrature suprême, comme le précise la déclaration ci-dessous.                              Yves KALIKAT 

REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO

DYNAMIQUE POUR UNE SORTIE DE CRISE  » DYSOC « 

Jour J – 392 jours (Conformément à l’article 73 de la Constitution)

PAS DE GLISSEMENT MEME D’UNE SECONDE

DECLARATION POLITIQUE

1. A l’instar de l’opinion tant nationale qu’internationale, la DYSOC a été ahurie d’apprendre que son Coordonnateur, le Député National et Ministre d’Etat Honoraires, Monsieur Jean Pierre LISANGA BONGANGA, fait l’objet d’une requête aux fins de fixation d’audience, pour grief, semble-t-il, offense en la personne du Chef de l’Etat et propagation des faux bruits. Pour mémoire, ce dossier, déjà classé sans suite depuis 2019 pour faits non établis, est exhumé ce jour, pour des fins politiciennes, à l’effet de mettre en péril le processus électoral en cours et la démocratie dans notre pays.

2. En toile de fond, il faut, en effet, relever que les prises de position et les déclarations de la DYSOC, fustigeant l’absence d’un Leadership éclairé et exemplaire au sommet de l’Etat ainsi que la mauvaise gouvernance du pouvoir de l’Union dite sacrée de la Nation, décriée par notre peuple et dont la dernière illustration en date porte sur les 21.000 dollars d’émoluments octroyés aux Députés Nationaux, mettent les dirigeants actuels en perte absolue de confiance auprès du peuple congolais.

3. Les acteurs lumineux de la DYSOC ont découvert que c’est le Bureau de l’Assemblée Nationale qui est le véritable tireur des ficelles du déterrement ridicule de ce vieux dossier vide, ayant pour objet des infractions anachroniques et surannées qui ne devraient plus donner lieu à des procès, à partir du moment où, dans la République, la souveraineté appartient au peuple et non au Chef de l’Etat qui lui est redevable.

4. Pour la DYSOC, critiquer ou émettre une opinion défavorable au Président de la république, en tant qu’Institution relève de la liberté d’expression, consacrée par la Constitution. Cela ne peut constituer, en aucun cas, une offense envers la personne du Chef de l’Etat.

5. En tout état de cause, la DYSOC considère que la malheureuse démarche entreprise actuellement par le pouvoir de l’Union dite Sacrée de la Nation, à l’endroit de Monsieur Jean-Pierre LISANGA BONGANGA, vise tout simplement, la mise à l’écart des Leaders politiques avérés de l’Opposition aux prochaines échéances électorales.

6. D’ores et déjà, la DYSOC annonce solennellement aujourd’hui la candidature de son Coordonnateur, Président du parti politique Convention Chrétienne pour la Démocratie  » CCD « , Chrétien Catholique convaincu et pratiquant, Monsieur Jean-Pierre LISANGA BONGANGA, à l’élection Présidentielle de 2023.

Dans cette perspective, l’offre politique de sa candidature sera présentée à la Nation congolaise dans les tous prochains jours. Il va de soi que ceci ne remet nullement en cause, le noble combat que mène la DYSOC, en vue de l’obtention d’un processus électoral consensuel devant permettre l’organisation des élections inclusives, transparentes, crédibles et apaisées en 2023.

 » A LUTA CONTINUA VICTORIA A CERTA  »  » LA LUTTE CONTINUE LA VICTOIRE EST CERTAINE « 

 » ON PEUT TOUT NOUS EMPECHER SAUF NOUS INTERDIRE DE REFLECHIR « 

                                                      Fait à Kinshasa, le 15 Septembre 2022

Le Secrétaire Permanent de la DYSOC

Oscar LUGEDO LULA YA KAMALEBO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort