Patrick Muyaya : « Le plus important, c’est l’avenir… »

* Thomas Dermine :  » Regarder ce passé en face et continuer à le questionner « 

*Le ministre congolais de la Communication et Médias et le Secrétaire d’Etat belge étaient les invités de la rédaction de Top Congo FM hier dimanche.

Patrick Muyaya et Thomas Dermine ont été interrogés par Christian Lusakueno (Top Congo FM ) et Blaise Bokokia (RTNC) à Lubumbashi, lors de la visite du Roi Philippe et de la reine Mathilde dans la capitale économique de la RDC. Ces deux membres des gouvernements congolais et belge appartiennent à la jeune génération qui n’a pas connu la colonisation et les conflits récurrents  entre les dirigeants des deux pays. Tout en assumant le passé, Patrick Muyaya et Thomas Dermine veulent construire de nouvelles et bien meilleures relations entre les deux pays. Extrait de l’interview croisée diffusée hier sur Top Congo FM où ils étaient invités de la Rédaction.

Question : Le Roi Philippe a déclaré que lui et le Président Tshisekedi n’ont pas connu la période coloniale. Aujourd’hui, doit-on oublier cette période et regarder seul l’avenir ?  

Patrick Muyaya : « Je suite content de faire cet échange. Parce que la visite du Roi a permis de raffermir davantage nos liens et de mieux faire connaissance. De manière décomplexée,  on analyse tout aujourd’hui.

Vous ne pouvez pas oublier le passé si vous voulez aller plus loin dans l’avenir. Mais, il faut situer l’importance des séquences. Aujourd’hui, nous pensons que l’avenir sera toujours plus important que le passé. Et vous avez vu qu’à la différence de toutes les visites royales de l’époque, il y a un travail mémoriel important qui a été fait. Les excuses du roi qui a reconnu que la colonisation était un régime raciste, d’exploitation, je pense qu’il a dit des termes à ce stade qu’il fallait montrer qu’il y a une volonté d’aller de l’avant.

A la suite de ces termes, il y a eu des actes, la restitution symbolique de ce masque suku. Ensuite, nous attendons bientôt les reliques de notre premier héros national, Patrice Eméry Lumumba. Ça veut dire que, sur le passé, il y a un travail qui est en cours. Mais comme le Président de la république l’a dit et nous tous l’avons vu, à l’amphithéâtre, le plus important c’est l’avenir et c’est cela que nous voulons regarder ensemble… « 

Voir le Roi Philippe, à l’opposé de ses devanciers avoir un séjour plus long chez nous, créer une proximité géographique et psychologique avec la population congolaise, d’après Muyaya, dit tout de l’histoire commune qu’ont la RDC et la Belgique. Ca dit tout également de la volonté politique qu’il y a à la tête de deux Etats pour aller de l’avant.

Thomas Dermine : « Je crois qu’il ne faut jamais oublier le passé. Il faut continuer à questionner le passé entre la RDC et la Belgique. Il est riche, il est fait de hauts faits, mais aussi de zones d’ombre. Et il faut pouvoir  et c’est vraiment important pour ma génération, de regarder ce passé en face et continuer encore les générations après nous, à le questionner, à l’interroger. Et le discours du Roi dans ce sens était très fort. Il a reconnu le caractère profondément inégal du régime, le racisme généralisé, l’exploitation économique qui était le caractère essentiel du régime. Et donc il faut continuer à interroger ce passé, ne jamais tourner la page, ne jamais oublier mais toujours aussi se rappeler qu’évidemment on doit aux ancêtres. Mais, on doit aussi à la jeunesse pour construire l’avenir de la relation entre la Belgique  et la RDC  à travers la coopération, à travers le développement des relations économiques entre nos deux pays. En ce sens la visite exceptionnellement longue du roi pendant une semaine en RDC à travers trois villes a voulu aussi montrer cela en visitant des universités, des initiatives de la coopération au développement…  » Propos retranscrits par Didier KEBONGO

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter