Le journaliste Célé Kandolo repose désormais au cimetière de Kinkole

Le journaliste Célé Kandolo repose désormais au cimetière de Kinkole depuis hier mercredi 8 juin  au terme des obsèques sobres, après le dernier hommage que ses confrères, tout éplorés, de Forum des As lui ont rendu. Les nombreux lecteurs sur les colonnes de ce tabloïd ne verront plus les deux noms  » Célé Kandolo » par lesquels Célestin Kandolo Mulumba signait ses articles.

Ce mercredi, la levée du corps du défunt – c’est désormais ce nom ou adjectif funestes qui désigneront celui qui était avant le 30 mai Célé Kandolo –  à la morgue de l’Hôpital général de référence de N’djili, au Q7, est prévue à 9h30. Des journalistes de son ancien tabloïd y poireautent depuis quelques minutes devant la morgue, attendant les membres de sa famille qui s’engouffrent dans la morgue insatiable.

L’un des fils de « Papa Célé « – comme l’appelaient affectueusement les plus jeunes que lui – sort de la morgue et remet un jeton à chacun des collègues de son défunt pater. Ceux-ci viennent d’obtenir le laissez-passer pour accéder à la morgue en vue de leur permettre de se recueillir devant la dépouille de celui avec qui ils ont eu à partager les joies et les tristesses des années durant.

Un tour autour du cercueil – pardon, le désormais lit – du défunt Kandolo dans lequel repose son corps impassible, drapé dans son tout dernier costume bleu : Papa Célé n’a eu droit qu’a quelques minutes de recueillement…Avant qu’intervienne l’indispensable prédication aussi courte que l’a été le recueillement.

« Nous allons prêcher non pas pour le défunt, mais pour nous les vivants, introduit le prédicateur. Le fabricant du téléphone est au courant de la date à laquelle ce téléphone ne va plus fonctionner. Il en est de même de notre Créateur qui connaît la date de la mort de chacun de nous ses créatures. Quelle que soit la manière qu’il nous arrive de passer de vie à trépas. La meilleure vie est celle que nous sommes appelés à vivre après la mort. »

Une courte prière clôt la prédication. Le chef de famille se lève pour refermer le couvercle du cercueil. Le fils aîné de Célé Kandolo s’écroule : le poids de la réalité  des responsabilités familiales qui sont désormais siennes a eu raison de lui !

Quatre garçons se saisissent du cercueil pour le transporter jusqu’au corbillard d’un bleu lugubrement foncé. Pendant quelques minutes, le corbillard refuse de démarrer. Sans doute, à la suite des caprices d’une batterie défectueuse. Loquaces,  certaines langues n’hésitént pas attribuer ce désagrément au refus du défunt de rejoindre sa dernière demeure !

Enfin, plus de peur que de mal : direction cimetière de Kinkole, dans la commune de la Nsele, à 32,2 km du centre-ville de Kinshasa où repose désormais Célestin Kandolo Mulumba.

Décédé le lundi 30 mai dernier à 5 heures du matin au Centre médical évangélique Rév. Mbakani au quartier 5 commune de Ndjili où il devrait subir une intervention chirurgicale, le journaliste Célé Kandolo, ancien des quotidiens « Le Potentiel » et « Le Phare », a presté comme collaborateur extérieur à « Forum des As ».

Adieu, papa Célé. Repose éternellement en paix !

Kléber KUNGU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter