La Sicomines réitère son engagement à accompagner la RDC dans la protection de l’environnement

Malgré le rapport d’experts sur la bonne gestion des eaux, Afrewatch poursuit ses affirmations gratuites selon lesquelles la Sicomines ne contribue pas au développement des communautés, révèle sur son blog, le journaliste indépendant, Héritier Katangola.

Contre le rapport d’une enquête des experts de la Direction de la Protection de l’Environnement Minier (DPEM/Lualaba), indique ce professionnel de la plume, l’Ong African Resources Watch (Afrewatch) a organisé une conférence de presse, le 23 mai dernier, à Kolwezi, au sujet de la pollution de la rivière Kalemba qui draine les villages Yenge et Kapanga.

 Il poursuit dans ses lignes, que, sans recul, Afrewatch a malignement accusé la Joint-Venture Sino-Congolaise des Mines (Sicomines  S.A.), d’avoir provoqué la pollution des eaux de Kalemba. 

Mais sur quelle base donc, se demande-t-il, citant une documentation douteuse, non authentique et sur-interprétée constituée des photos et vidéos qui avaient déjà fait le tour des réseaux sociaux?

Conclusion de l’enquête

Pour le journaliste Katangola, pendant que la Sicomines, conjointement avec la DPEM/Lualaba, avaient mené une enquête officielle dont les conclusions publiées dans un rapport établi par la DPEM/Lualaba étaient sans équivoque, soulignant « l’importance qu’attribue la société SICOMINES S.A.dans sa gestion environnementale de sa concession minière, et qui disponibilise des moyens matériels et financiers colossaux pour l’entretien de ses deux bassins de rejet avec une technologie évidente pour son exploitation minière« . C’était alors en avril 2022.

Chantage?

Après avoir minutieusement analysé et même examiné, par la suite visionnée, les images de la vidéo publiée par Afrewatch le 22 mars dernier, impliquant la société Sicomines S.A., dans l’irrigation du barrage empêchant les eaux usées affluant d’une concession minière, la DPEM/Lualaba a rélévé, dans son rapport, que « les images telles qu’elles sont décrites dans la vidéo et dans le communiqué n°03/Afrewatch/2022 de l’Ong Afrewatch ne reflètent pas les réalités du terrain« , a revélé Katangola.

 Qu’y a-t-il eu de nouveau pour que cette Ong revienne à la charge ? A-t-elle collecté de nouvelles informations ? A-t-elle procédé à une contre-expertise du rapport officiel ? Visiblement, elle n’en a pas besoin. L’objectif d’Afrewatch n’est pas humanitaire.

L’Ong qui utilise les habitants de Yenge et Kapanga comme fonds de commerce, à travers des manipulations, distille des contre-vérités pour faire chanter la Sicomines. La société à capitaux congolais et chinois s’abrite derrière le soutien des communautés locales et sa conformité environnementale, par rapport aux lois en la matière, évoque le blogueur.

engagements

A cet effet, la Sicomines déplore, par un article publié récemment par l’Agence Congolaise de presse (ACP) https://acpcongo.com/index.php/2022/04/18/kinshasa- pollution-des-eaux-des-villages-yenge-et-kapanga-la- SICOMINES S.A.-s-a-lavée-par-les-enquêtes-de-la-dpem/) « la déformation de l’information par plusieurs Ong dans le but de ternir son image, au niveau national et international.

Par ailleurs, la Sicomines et rappelle son engagement à accompagner la RDC dans son développement  et à promouvoir le respect de la vie humaine dans la protection de l’environnement.  Rocco NKANGA

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter