ALLOCUTION DE SON EXCELLENCE MONSIEUR FÉLIX-ANTOINE TSHISEKEDI TSHILOMBO, PRÉSIDENT DE LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO, CHEF DE L’ÉTAT, À L’OCCASION DE LA  » VISITE ROYALE « 

Sire,

Je suis particulièrement honoré de vous souhaiter, ce jour, au nom du Peuple congolais, de mon épouse et au mien propre, la cordiale bienvenue à l’occasion de votre première visite officielle en République Démocratique du Congo.

Votre visite qui se veut en même temps symbolique et historique est marquée d’une empreinte indélébile du fait qu’elle intervient 12 années après celle de votre auguste prédécesseur, et père, le Roi Albert II.

Profitant de cette heureuse circonstance, je voudrais également saluer la présence parmi nous de Sa Majesté la Reine Mathilde, votre épouse, ainsi que celle de la délégation qui vous accompagne.

À     vous, Sire, toute notre gratitude et notre reconnaissance pour avoir répondu positivement à notre invitation en dépit des reports liés, entre autres, à la pandémie de Covid-19 et aux impératifs de la géopolitique internationale.

D’une seule voix, Sire, le peuple congolais vous dit à vous ainsi qu’à votre délégation :  » Kumu, boyei bolamu o mboka Kongo – Kinshasa « .

Sire,

La République Démocratique du Congo et la Belgique ont depuis plusieurs années fait du renforcement des relations privilégiées et historiques les liant, un objectif commun. En effet, de nombreux efforts ont été fournis de part et d’autre, avec pour point d’orgue, la manifestation réciproque de signes tendant à la mise en œuvre d’une politique commune d’ouverture et de réchauffement des relations bilatérales prônée par nos États.

C’est dans ce contexte qu’il convient d’inscrire mon choix de faire de la Belgique, soit quelques mois après mon élection à la tête de la République Démocratique du Congo, la première étape de ma toute première tournée européenne de septembre 2019. Il vous souviendra qu’au cours de cette visite, nos deux pays se sont respectivement assurés de la reprise effective d’une coopération longtemps demeurée léthargique, en procédant à la remise en état de leurs instruments diplomatiques, notamment par l’affectation respective d’ambassadeurs, la réouverture de part et d’autre des consulats d’Anvers et de Lubumbashi longtemps restés fermés, la reprise des activités du Centre européen des visas, des vols aériens, des échanges liés aux projets de coopération au développement, sans oublier la restitution à la République Démocratique du Congo de ses objets culturels abusivement acquis pendant la période coloniale ainsi que très prochainement, les reliques du premier Premier Ministre, Monsieur Patrice Emery LUMUMBA, Héros National.

Autre avancée notable et non des moindres, celle essaimant des regrets formulés par Votre Sire au sujet des effets pervers de la colonisation, que la mémoire collective congolaise garde à l’esprit, et apprécie à leur juste valeur. Cette noble attitude a eu pour conséquence la levée d’une option qui a permis d’avancer désormais vers de nouveaux horizons en fonction des perspectives auxquelles les peuples belge et congolais attachent des hautes valeurs réciproques.

Sire,

La République Démocratique du Congo, ne saurait se contenter des seules promesses précédemment évoquées car, votre présence parmi nous constitue une raison de croire en la concrétisation de la nouvelle approche de nos relations qui se voudraient davantage privilégiés. C’est pourquoi, des efforts supplémentaires dont dépend la redynamisation réelle du mécanisme de coopération doivent sous-tendre les échanges entre nos deux pays;

Ces échanges sont riches et variés et couvrent des domaines d’activités multiples dont la finalité demeure l’amélioration des conditions socio- économiques des populations. Cette dernière, passe par la promotion et la protection des droits humains, de la bonne gouvernance, du climat des affaires ainsi que de la lutte contre l’impunité.

Sur le plan de sa matérialisation, la coopération belgo-congolaise dans son état actuel reste marquée dans son fond par la reprise des échanges concernant essentiellement des projets de développement et la coopération militaire ;

C’est ici qu’il faut saluer les trois mémorandums d’entente conclus entre le Royaume de Belgique et la République Démocratique du Congo dans les domaines de la coopération au développement, des finances et des affaires étrangères auxquels s’ajoutent le secteur diamantaire et le domaine portuaire.

En dépit des avancées ainsi enregistrées, il s’impose de nouveaux axes qui méritent d’être explorés au regard de nombreux défis qui retardent encore la réalisation de certains projets ambitieux mais indispensables pour parachever ceux déjà entamés tels que la réforme du secteur de la sécurité, de la justice et celle relative au processus électoral.

Sire,

Je voudrais en plus des actions sus-énumérées, manifester aussi mon sentiment de reconnaissance envers votre pays en quelques actions qui témoignent de sa volonté réelle de contribuer au développement de la République Démocratique du Congo. Je peux parler ici de quelques projets soutenus par la Belgique qui, selon la modalité de coopération, finance par exemple, à travers l’Union Européenne, l’électrification de Lubero située en périphérie du Parc national de Virunga au Nord Kivu, cela en faveur des communautés locales en contrepartie des efforts fournis par ces dernières dans la conservation de la faune et la flore.

À     ce projet s’ajoute celui de Yangambi dans la province de la Tshopo, pôle scientifique au service de l’homme et des forêts dans le cadre duquel une tour à flux a été érigée, la toute première dans la forêt équatoriale africaine. Celle-ci a comme avantage de promouvoir la contribution des forêts tropicales à l’atténuation des effets du changement climatique.

Au-delà des secteurs déjà mentionnés dans le cadre de la coopération pour l’amélioration des conditions socio-économiques de la population, je me réjouis notamment de l’initiative du projet  » Kin-Emploi  » qui va véritablement être un vecteur de création d’emplois pour jeunes ainsi que des contacts positifs renoués entre opérateurs économiques belges et congolais dans le cadre de l’amélioration du climat des affaires.

C’est ici l’occasion pour moi de lancer un vibrant appel aux entreprises belges intéressées par le marché congolais de matérialiser les échanges que j’ai eus avec les représentants de leurs corporations lors de ma première visite en Belgique.

Ces avancées sont donc porteuses d’espoirs pour la République Démocratique du Congo et la Belgique. Il est donc dans l’intérêt des deux États de poursuivre cette coopération renouvelée en veillant à identifier de manière optimale les projets qui la concrétiseront davantage.

Il faudrait également mentionner la bonne appréciation que mon pays et moi-même apportons sur des actions enregistrées tant dans le domaine de la formation militaire que sur l’aide considérable reçue des partenaires belges dans le cadre de la lutte contre la pandémie de Covid-19.

Sire,

Je ne saurais terminer mon adresse sans évoquer le drame vécu par les populations de l’Est de mon pays où la majorité des victimes des atrocités commises par des forces négatives se comptent davantage parmi les femmes, les jeunes filles et les enfants.

Il en est de même des courageux efforts déployés par nos braves Forces Armées qui au prix du sacrifice suprême tiennent à venir à bout de l’insécurité persistante semée par des groupes armés entretenus dans cette partie de notre pays.

Pour marquer notre solidarité et notre compassion à l’endroit des victimes de ces atrocités je nous invite à observer un moment de recueillement.

Sire,

Une fois de plus, je tiens à vous souhaiter, à vous, à la Reine ainsi qu’à toute votre délégation un bon et fructueux séjour en République Démocratique du Congo.

Que vive la République Démocratique du Congo ; Que vive le Royaume de Belgique ;

Que vive l’amitié et le partenariat entre nos deux peuples ; Je vous remercie.

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter