On ne change pas les méthodes qui gagnent

Le déroulé du sit-in  du  » Bloc patriotique  » le vendredi dernier devant le Palais du peuple ? Du déjà-vu. Du déjà-vécu. On aurait dit le synopsis d’un documentaire  aussi vieux que  les deuxième et troisième républiques réunies. Pas de différence de nature   quant à la même mécanique répressive.  Le rituel   manif publique  sur fond de slogan anti-Pouvoir,  répression pas toujours  dans la dentelle  avec, à la clé, des blessés, interpellation…est archi-connu de Congolais.

 Le temps file et défile,  les régimes changent, mais les recettes  pour « gérer » les méchants opposants demeurent les mêmes. Comme quoi, on ne change pas les méthodes qui ont fait leurs preuves au fil des décennies. Et survivent aux différents pouvoirs ! 

Le même week-end, les Congolais ont assisté en direct à la duplication de la requalification des majorités au niveau de plus de dix  provinces dites à problème. Moins le Lualaba qui,  manifestement,  ne pose aucun problème. L’ordre et la quiétude règnent dans le royaume des carrés miniers. Qui s’en plaindrait ?

Raz-de -marée Union sacrée de la Nation ? Là non plus, rien de nouveau sous le soleil rd congolais. Depuis 2006, l’élection au second degré aura permis d’enrichir la science politique. Les électeurs -pour le cas d’espèce, les députés provinciaux- ne dédaignent pas prendre  des libertés avec leurs couleurs politiques d’origine et, qui plus est, avec le vote de leurs mandants !

Résultat, la configuration politique dans les provinces dépend moins de la volonté du souverain…primaire que de l’équation personnelle de l’élu provincial. Par comparaison, c’est comme si aux Etats-Unis d’Amérique, le vote des grands électeurs contredisait les suffrages réellement exprimés au premier degré ! De grands électeurs majoritairement démocrates voteraient un président républicain et vice-versa ! 

Retour en terre congolaise avec  ce  week-end  au goût assez fort prononcé  du remake des régimes antérieurs sur deux tableaux avec cette question : A quand la fin de l’alternance et le début de l’alternative ?               José NAWEJ

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort