Le VPM Lutundula appelle à considérer l’EST de la RDC comme une situation d’urgence

« Devant le tableau sombre que présente la RDC,  il devient fondamental que l’Union Africaine, à travers son Conseil de Paix et de Sécurité considère, mieux érige la situation à l’Est de la RDC en situation d’urgence sécuritaire et humanitaire dans la Région des Grands lacs», a déclaré le Vice-premier ministre, ministre des Affaires étrangères, ce mardi 19 avril en visioconférence, à la session du Conseil de paix et de sécurité de l’Union Africaine. 

«Mon pays invite le Conseil à organiser une visite in situ, en RDC, palper  les réalités du terrain, prendre langue de vive voix non seulement avec les autorités congolaises, mais aussi, le cas échéant avec les populations locales et mesurer de visu la gravité de la situation», a souhaité Christophe Lutundula Apala. 

A ce sujet, la RDC propose quelques  initiatives, a-t-il indiqué. Il s’agit de 

La requalification, au cours de cette session du Conseil de la situation à l’Est de la RDC comme relevant du terrorisme ;

Inscrire à l’ordre du jour du Sommet des Chefs d’État qui se tiendra à Malabo, la question de l’insécurité à l’Est de la RDC ;

Obtenir de ce Sommet qu’il porte cette requalification en y intégrant la donne du terrorisme et en tirant toutes les conséquences qui en découlent ;

Urgence d’évaluer la pertinence du positionnement du poste de l’envoyé spécial de la paix et la sécurité dans la Région des Grands Lacs au plus près de la zone et du pays touché qu’est la RDC afin de marquer mieux la présence et l’implication de l’UA dans la gestion et le règlement de la situation de la RDC ;

Reconnaître que l’Est de la RDC est une zone prioritaire de mise en oeuvre du programme post conflit et reconstruction de l’UA dans toutes ses composantes, notamment le DDR. 

En vue de soutenir la volonté du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo  de canaliser et de coordonner les efforts pour déboulonner le système d’insécurité, il a été initié le Programme de pacification et de stabilisation de l’Est de la RDC et de la Région (Feuille de route) adopté par les Chefs d’Etat au cours du dixième sommet sur l’Accord-cadre, a rappelé le chef de la diplomatie congolaise. 

Le «Programme de pacification et de stabilisation de l’Est de la RDC et la Région» (Feuille de route) est fondé sur l’Accord-cadre. En clair, il s’agit de mettre en évidence la trajectoire à suivre pour parvenir à la paix durable en RDC et la stabilité dans la Région, a expliqué Christophe Lutundula . Ceci implique l’éradication des groupes armés locaux et étrangers ainsi que de remodeler l’Etat congolais au travers des réformes sectorielles. 

Selon lui, cette « Feuille de route » se distingue des initiatives antérieures sur plusieurs plans. Il s’agit notamment de la prise en compte de la dimension transfrontalière des conflits armés et des solutions à préconiser pour les incitations économiques de la paix à travers des investissements transfrontaliers. Il y a également la mobilisation, l’implication et la responsabilisation des communautés locales dans la lutte contre les groupes armés locaux et étrangers, a-t-il mentionné. 

Ainsi, la Feuille de route  comprend deux grandes parties, à savoir : la Résolution des conflits ouverts et latents ainsi que la Consolidation de la paix. 

A l’entendre, la Résolution des conflits ouverts et latents s’inscrit sur les approches militaire et non militaire qui sont complémentaires et interdépendantes. A cet effet, chaque approche se décline en des opérations ponctuelles à mener aux niveaux national, régional et international ainsi qu’à des réformes sectorielles à engager ou à poursuivre.

A ce sujet, les objectifs spécifiques de la Résolution des conflits ouverts et latents consistent entre autre à renforcer et exécuter efficacement le Programme de désarmement, de démobilisation, de relèvement communautaire et de stabilisation (PDRRC-S), et assurer le retour volontaire des réfugiés et des déplacés internes. 

 Quant à la Consolidation de la paix, elle passe par  l’exécution des projets de développement local durable et  l’exécution des projets intégrateurs, a évoqué le VPM Lutundula. Puis, il a souligné les objectifs spécifiques de la Consolidation de la paix  qui consistent à assurer le développement socioéconomique des communautés locales pour susciter les aspirations à la paix et contre le recours à la violence armée  ainsi que d’assurer l’intégration régionale à travers les investissements transfrontaliers.  

La mise en oeuvre de la «Feuille de route» sera assurée par des instances publiques aux niveaux national, provincial et local, ainsi que par des acteurs non-étatiques. 

Enfin, la RDC plaide en faveur de l’appui du Conseil de paix et de sécurité pour une plus forte mobilisation de notre Organisation en faveur de l’opérationnalisation de la «Feuille de route» en général, et, en particulier, du Programme de désarmement, de démobilisation et de relèvement communautaire et stabilisation dont la stratégie nationale a récemment été adoptée par le Gouvernement de la République, sous la conduite du Chef de l’Etat. Mathy Musau 

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort