Lamuka exige des poursuites contre les auteurs de ces actes de violence

La réaction de la coalition Lamuka ne s’est pas fait attendre après le sit-in réprimé par la Police  ce vendredi 22 avril au Palais du peuple. A travers Albert Mukulubundu, le porte-parole du coordonnateur Adolphe Muzito,  Lamuka condamne les attaques de la Police nationale et exige des poursuites des auteurs de ces actes de violence.

«A la suite du sit-in organisé ce vendredi 22 avril par les militants de Lamuka devant le Palais du peuple pour exiger les réformes consensuelles afin d’aboutir aux élections libres, transparentes et démocratiques en 2023, la Police nationale, sur ordre de Félix Tshisekedi, s’est permise de réprimer les paisibles manifestants en tirant à balles réelles sur certains de nos camarades dont certains sont gravement blessés», a déclaré le porte-parole de Lamuka.

Et d’ajouter : «la même Police a occupé et saccagé le siège de l’ECIDE se trouvant sur le boulevard Triomphal, faisant de nouveau des blessés graves et des dégâts matériels importants».

Paradoxalement,  poursuit la coalition Lamuka, «Monsieur Tshisekedi a accepté de dialoguer avec des mouvements terroristes M23, CODECO et autres sous la médiation des organisations des États de l’Afrique de l’Est, principalement des États qui soutiennent ces mouvements terroristes,  qui violent et qui tuent nos paisibles citoyens à l’Est de la RDC».

Face à cette situation, «Lamuka réitère son souhait pour la tenue d’une rencontre regroupant toutes les forces vives de la Nation afin de mettre en place les réformes consensuelles devant conduite notre pays et notre peuple aux élections transparentes et démocratiques en 2023″.

On rappelle que la PNC a étouffé, le vendredi 22 avril, une manifestation des militants de Lamuka aux abords du Palais du peuple. Venus pour manifester contre l’examen de la loi électorale prévu le même vendredi à l’Assemblée nationale, ces militants ont été pourchassés par les agents de l’ordre.

Cet affrontement, à en croire un  cadre de Lamuka, s’est poursuivi jusqu’au siège de l’ECIiDé où des militants se sont retranchés.

«Les militants de Lamuka étaient venus en sit-in devant le Parlement pour exiger des réformes consensuelles sur la loi électorale. La police mêlée avec les militants de l’UDPS ont sauvagement attaqué les militants de Lamuka. Ils se sont repliés vers le siège mais les policiers les ont poursuivis. Ils ont tout saccagé et cassé. C’est très grave. Plus d’une dizaine de blessés et d’arrestations jusqu’à présent. Ils ont assiégé le siège», a expliqué, à Forum des As, Prince Epenge, cadre de la plateforme de l’Opposition chère au tandem Fayulu-Muzito.  

« Une violence gratuite. Le siège national ECIDé mis à sac, matériels détruits quand ils n’ont pas été emportés. Manifestement l’ordre a été donné d’exterminer les militants de l’ECiDé juste parce qu’ils ont manifesté pacifiquement devant le Palais du peuple pour exiger les réformes électorales », a alerté Lexxus Dende,  communicateur de Lamuka. Rachidi MABANDU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort