Laissons l’innovation scientifique et technologique devenir un moteur inépuisable pour le progrès de la civilisation humaine

Le 16 avril, après avoir établi un nouveau record de 183 jours consécutifs en orbite, trois taïkonautes chinois sont rentrés sains et saufs sur terre depuis le vaste espace. Les vols spatiaux habités de la Chine continuent de se diriger vers la mer d’étoiles, constituant un exemple frappant des entreprises scientifiques et technologiques de la Chine qui vont toujours plus haut et plus loin.

Aujourd’hui, un nouveau cycle de révolution scientifique et technologique et de réforme industrielle est à la croisée historique de la réalisation de percées majeures. La Chine a tiré de profondes leçons de l’histoire, s’est activement conformée aux tendances de l’époque et a encouragé l’innovation scientifique et technologique afin de s’emparer de l’avenir et le destin du pays et de la nation. Elle est devenue un grand pays d’innovation scientifique et technologique avec un rayonnement international important.

Selon les données de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle, en 2021, les déposants chinois ont déposé 69 500 demandes de brevet internationales par le biais du Traité de coopération en matière de brevets, se classant au premier rang pour le nombre de demandes pour la troisième année consécutive. Dans le même temps, le classement mondial de l’indice national d’innovation de la Chine est passé de la 34e place en 2012 à la 12ème place en 2021.

Derrière ce bond en avant historique se cache un plan stratégique d’une grande prévoyance, mais aussi une puissante action d’ouverture active. À l’ère actuelle, la capacité d’innovation scientifique et technologique d’un pays dépend largement de sa capacité à intégrer les ressources mondiales d’innovation. L’année dernière, Shanghai a créé à elle seule 25 nouveaux centres de recherche et développement à capitaux étrangers, reflétant la nouvelle tendance selon laquelle la Chine devient une terre de recherche et développement d’importance mondiale. Certains médias internationaux ont déploré qu’en ce siècle où l’économie mondiale  se tourne vers l’est« , la Chine soit devenue un endroit majeur pour l’innovation qui attire l’attention du monde et séduit de nombreux professionnels dans d’importants domaines de recherche scientifique.

En ce qui concerne le monde, des grands changements jamais vus depuis un siècle ont accéléré l’évolution, la récente épidémie de COVID-19 a un impact large et profond au 21e siècle et les défis mondiaux augmentent de jour en jour. Pour résoudre les problèmes mondiaux, la puissance scientifique et technologique est la clé, et l’ouverture et la coopération scientifiques et technologiques sont la voie. L’expérience historique montre que le développement à long terme de l’économie mondiale repose sur l’innovation scientifique et technologique. Pour surmonter les obstacles actuels au développement, nous devons demander des réponses à l’innovation scientifique et technologique. Face à l’épidémie de COVID-19, au réchauffement climatique, à la dégradation de l’environnement, à la fréquence des catastrophes naturelles majeures, à la pénurie de ressources énergétiques et à l’insécurité alimentaire, le monde doit également s’appuyer sur l’innovation technologique pour trouver des moyens efficaces d’y faire face.

Face aux besoins de l’époque, la Chine a encouragé sans relâche la coopération scientifique et technologique internationale et a insisté pour que l’humanité toute entière bénéficie de ses propres innovations scientifiques et technologiques. Dans le cadre de son initiative « la Ceinture et la Route« , la Chine a établi une coopération scientifique et technologique avec 161 pays et régions, signé 114 accords intergouvernementaux de coopération scientifique et technologique et lancé la construction de 53 laboratoires conjoints « la Ceinture et la Route« . Elle a aussi établi avec plus de 30 autres pays des connexions en matière de technologies d’exploration et de développement pétrolières et gazières complexes et conventionnelles, de technologies de production d’énergie et de technologies de transmission et de transformation à ultra haute tension, mises en œuvre efficacement. La Chine participe également à plus de 200 organisations internationales et mécanismes multilatéraux liés aux sciences et technologies, et est une force importante dans la promotion de l’amélioration de la gouvernance mondiale des sciences et technologies.

Face à un nouveau cycle de révolution scientifique et technologique et de réforme industrielle, les principaux pays du monde ont introduit de nouvelles stratégies d’innovation, et la concurrence scientifique et technologique internationale est d’une férocité sans précédent. La compétition internationale en sciences et technologies est aujourd’hui la norme. La concurrence loyale rend non seulement la Chine plus rapide et plus forte, mais favorise également le progrès commun dans le monde. Cependant, depuis un certain temps, afin de monopoliser leurs propres avantages scientifiques et technologiques, certains pays n’hésitent pas à généraliser le concept de sécurité nationale, à freiner et détruire le développement scientifique et technologique des autres pays, à politiser et militariser les questions scientifiques et technologiques.

La séparation des technologies de fabrication ne fera qu’entraver les progrès scientifiques et technologiques mondiaux. L’histoire des sciences humaines a pleinement prouvé que la communication ouverte est la voie clé pour explorer les frontières de la science. La première photo d’un trou noir prise par l’humanité est née grâce aux efforts conjoints de plus de 200 chercheurs du monde entier. Encourager le « découplage technologique » ne fera que nuire au développement des industries mondiales. Le Fonds monétaire international a averti que certains pays pourraient perdre environ 5% de leur PIB en raison du découplage technologique. À l’heure actuelle, touchés par l’épidémie de COVID-19 et d’autres facteurs, l’écart entre le nord et le sud se creuse. Les pays dotés d’avantages scientifiques et technologiques devraient s’attacher davantage à combler le fossé du développement grâce à la coopération technique, plutôt qu’à bloquer les connaissances des pays en développement.

Dans le contexte du blocus et de la répression fréquents des sciences et technologies chinoises par certains pays, la Chine peut-elle promouvoir de manière constante le développement de la science et de la technologie et continuer à promouvoir la coopération scientifique et technologique internationale avec une attitude ouverte ?

Au début de sa fondation, la Chine nouvelle a dû faire face à un blocus et à des pressions technologiques externes, mais cela n’a jamais ébranlé la confiance et la volonté du peuple chinois de développer les sciences et les technologies. Face à l’escalade des pressions extérieures, la Chine considère consciemment l’autonomie comme le point de base permettant à la nation chinoise de se tenir debout dans la forêt des nations du monde, et considère l’innovation indépendante comme le seul moyen de gravir les échelons scientifiques et les sommets technologiques.

La Chine s’est engagée à atteindre un haut niveau d’autonomie scientifique et technologique et à s’améliorer, et non à s’engager dans la recherche et le développement à huis clos. Dans une perspective d’avenir, la Chine encouragera les échanges scientifiques et technologiques internationaux et la coopération avec une réflexion et des mesures plus ouvertes, tirera pleinement parti des ressources internationales d’innovation, renforcera les partenariats d’innovation et travaillera avec d’autres pays pour promouvoir le progrès et l’innovation scientifiques et technologiques mondiaux. Guo Jiping, pour le Quotidien du Peuple

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort