Le CIFOR lance un projet de recherche en écologie et sciences sociales

Le Centre de Recherche forestière internationale et le Centre international pour la recherche en agroforesterie (CIFOR-ICRAF), ont lancé un projet de recherche en écologie et en sciences sociales pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique Centrale (RESSAC). Financé par l’UE, ce projet vise à orienter, les travaux de recherche vers « les solutions opérationnelles », que doivent inventer et mettre en œuvre les acteurs de terrain, indique un communiqué de presse du Cifor

Prévu pour quatre ans, ce projet a vu le jour au cours d’un atelier organisé en ligne. «Ce qui est important c’est d’avoir de nouveaux chercheurs, universitaires, qui pourront travailler en collaborant avec les acteurs locaux, y compris les populations locales, pour organiser la protection et la gestion durable des ressources naturelles en Afrique centrale» a déclaré Chantal Marijnissen de l’Union européenne, lors de son mot d’ouverture.

L’initiative se veut un carrefour entre les sciences sociales et les sciences bio-physiques (écologie). Elle va mobiliser et affecter des chercheurs des universités et des instituts de recherche auprès de différentes catégories d’acteurs de la gestion des écosystèmes. Ce, afin qu’ils puissent bénéficier d’appuis scientifiques dédiés qui leur permettront de mettre en œuvre des stratégies d’action innovantes en matière de gestion durable des ressources naturelles.

CONTINUITE

 Le projet RESSAC s’inscrit dans la continuité de la longue collaboration du CIFOR-ICRAF avec l’Union européenne, qui a toujours soutenu la recherche scientifique en matière de protection de l’environnement. Comme l’a rappelé Robert Nasi, Managing Director, du CIFOR-ICRAF, «cela fait plus de 25 ans que l’UE soutient le CIFOR pour former les cadres scientifiques dans la gestion et la protection des forêts, notamment en Afrique centrale», a-t-il indiqué.

Recherche scientifique

Selon lui cette initiative entre «dans la continuation d’une action à long terme, qui a déjà produit beaucoup de fruits ces 25 dernières années. Ce nouveau financement a pour ambition de rapprocher encore davantage la recherche scientifique des enjeux concrets à l’échelle locale, et notamment des attentes des acteurs locaux».

Le projet RESSAC,  doit permettre d’arrimer encore plus solidement la recherche scientifique et la formation universitaire à la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale, souligne le communiqué. Il donne l’occasion à tous les partenaires impliqués dans la gestion durable de ces écosystèmes de réfléchir sur les axes de recherche-action à privilégier en vue de répondre aux défis concrets de la gestion durable.

Le projet doit également permettre de tenir compte des leçons de l’expérience, en identifiant notamment les défis qui restent à relever pour que les acteurs locaux deviennent concrètement les premiers acteurs de la durabilité de leur environnement.

 Par ailleurs, le RESSAC contribuera au rayonnement des universités d’Afrique centrale, en appuyant l’amélioration de leurs productions scientifiques et en déployant des activités de renforcement de capacités qui permettront de hisser ces universités vers les standards internationaux les plus élevés. Fyfy Solange TANGAMU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort