La « pâte Mwando » sous le leadership de Fatshi et l’autorité de Sama

* Nombre d’analystes saluent le dynamisme du ministre du Plan Christian Mwando Nsimba dans la préparation de projet phare du quinquennat Fatshi.

Plus de doute possible. Le train « Projet de développement de 145 territoires » va quitter la gare. Le nerf de la guerre, à savoir l’argent étant disponible .

Le Gouvernement congolais affirme que le processus du décaissement des fonds pour l’exécution du programme de développement de 145 territoires est déjà à son terme. C’est le ministre du Plan, Christian Mwando Nsimba qui l’a confirmé au terme de la réunion du Comité de conjoncture économique (CCE), ténue le mercredi 16 mars dernier. Ainsi, ce qui n’était qu’un rêve à l’échelle de tous les territoires est en passe de devenir une réalité.

Pour nombre d’analystes, l’histoire retiendra que le ministre du Plan a joué un rôle notable dans la conception et l’amorce de la mise en exécution du programme de 145 territoires. Sous le leadership du président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi, et l’autorité du premier ministre, Sama Lukonde, le ministre d’Etat Christian Mwando Nsimba a fait montre d’un dynamisme que tous les partenaires de la RDC saluent. Il reste maintenant à souhaiter que l’intendance suive pour le plus grand bien du pays. Car la réussite de ce projet est synonyme du décollage effectif du pays réel tant il concerne tous les territoires constitutifs de la RDC.

Le premier ministre a lancé le projet de développement de 145 territoires de la RDC au mois d’octobre 2021, à Kenge, dans la province de Kwango et à Songololo, dans la province de Kongo Central. Évalué à 1,66 milliards USD, ce projet vise principalement à améliorer les conditions de vie des populations rurales congolaises.

La réunion a été présidée par le premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde à la Primatute, en présence des ministres sectoriels et du gouverneur de la Banque centrale du Congo ( BCC). Trois dossiers ont été examinés, à savoir, la note de conjoncture économique, l’impact de la guerre en Ukraine sur l’économie congolaise, ainsi que l’exécution du programme de développement à la base des 145 territoires.

 » Nous avons réfléchi sur l’exécution du programme de 145 territoires. Madame la vice-ministre des Finances nous a informés que la phase de paiement est à son terme. Les premiers décaissements ont eu lieu effectivement pour que les agences commencent les travaux sur terrain », a déclaré le ministre d’Etat, ministre du Plan au terme de la réunion.

LE CADRE MACROÉCONOMIQUE RESTE STABLE

Parlant de la conjoncture économique interne, Christian Mwando Nsimba a affirmé que le cadre macroéconomique reste stable. Il a parlé de la stabilité monétaire, de la maîtrise de l’inflation sur le marché et de la stabilité des réserves de change.

« Nous avons également examiné les autres paramètres économiques, notamment le taux de change qui reste relativement stable autour de 2000 francs congolais pour 1 dollar américain pour le taux officiel et autour de 2036 francs congolais pour 1 dollar américain pour le marché parallèle. Les réserves de change sont restées relativement stable autour de 2,8 milliards de dollars américains qui correspondent à 10,5 semaines d’importations« , a indiqué le ministre du Plan.

Au sujet de la guerre en Ukraine, le CCE constate une pression sur les prix des biens sur le marché en RDC, a indiqué Christian Mwando dans son compte-rendu. Il a affirmé que le Premier ministre Jean-Michel Sama Lukonde a donné des instructions claires aux ministres sectoriels afin de lui transmettre ce qu’ils considèrent comme impact dans leurs secteurs respectifs.

LES CONSÉQUENCES DE LA GUERRE EN UKRAINE

A en croire le ministre d’Etat, ministre du Plan, la guerre Ukraine – Russie n’est pas sans conséquence sur l’économie de la RDC. Il a été constaté, explique-t-il, des pressions sur les prix intérieurs, notamment les produits de première nécessité et le prix du pétrole qui risque d’avoir un impact sur le prix du carburant.

 « Nous avons discuté de la question de l’impact de la guerre de la Russie et l’Ukraine sur l’économie internationale et particulièrement sur l’économie congolaise. Il est constaté effectivement des pressions sur les prix intérieurs, notamment les produits de première nécessité, le prix du pétrole qui va avoir un impact sur le carburant. Et donc, le Premier ministre a instruit les membres du CCE et l’ensemble des ministres sectoriels du Gouvernement de bien pouvoir lui transmettre ce qu’ils considèrent comme impact dans leurs secteurs respectifs. Parce que nous craignons que ces impacts ne puissent nous faire accélérer fortement les prix et jouer sur le pouvoir d’achat de la population. Le CCE va réfléchir également sur les mesures d’atténuation « , a rassuré Christian Mwando Nsimba. Orly-Darel NGIAMBUKULU

Laisser un commentaire

Suivez-nous sur Twitter
eskort eskişehir - adana eskort - escort - izmit eskort - mersin eskort